Préserver l’écologie de l’environnement du sujet

L’écologie en thérapie

Lors d’une intervention avec l’hypnose ou la PNL, pour accompagner un sujet dans la résolution de ses problèmes et difficultés, nous devons toujours préserver l’écologie de l’environnement de la personne.

L’écologie ? Voilà un sujet dont nous parlons beaucoup de nos jours mais, me direz-vous que diable cela a-t-il à voir avec la thérapie ?

Grand étang

L’écologie étudie les interrelations entre les êtres vivants et leur environnement.  C’est l’équilibre dynamique des éléments d’un système. En PNL, il est question d’écologie lorsque les conséquences de l’intervention sont analysées en les projetant vers le futur afin de s’assurer, en collaboration avec le sujet que les conséquences du changement seront exclusivement positives et n’entraîneront pas d’effets déplaisants pour lui-même, ses proches, son environnement, donc pour le système. Cela se rapproche de l’homéostasie d’un système.  Quelle que soit la technique thérapeutique choisie, celle-ci doit se préoccuper des résultats futurs du changement. Si ce travail n’est pas fait, vous risquez d’obtenir néanmoins le résultat que vous êtes venu chercher en cabinet de consultation mais celui-ci ne vous satisfera pas ou bien vous reviendrez à l’état initial à plus ou moins long terme car les suites non envisagées de votre changement ne vous apporteront pas que du bon. Il arrive aussi que votre entourage ou vos proches supportent mal votre changement car celui-ci vient précisément bouleverser cet équilibre qui existait avant lui.

Il s’agit donc de changer tout en respectant l’équilibre naturel interne et externe de l’individu. La démarche thérapeutique , pour être pleinement efficace, doit être holistique, c’est-à-dire qu’elle prendra en compte la totalité de l’être : elle s’oriente vers une écologie du corps, du cœur et de l’âme.

 

Qu’est-ce que ça veut dire concrètement ?

Si le changement ne respecte pas vos valeurs fondamentales, vos croyances, celles de votre système familial, professionnel, culturel ou même religieux, ça ne fonctionnera pas. Vous pouvez accepter le changement sur le moment et le maintenir pendant un certain temps mais la pression de votre environnement, votre entourage, votre famille, vos amis, votre milieu professionnel etc.… vous poussera rapidement à revenir à votre état initial.

En effet, nous ne vivons ni seuls ni isolés, nous sommes des êtres sociaux et notre quotidien est l’objet d’interactions incessantes avec notre monde. De la même manière que lorsque les hommes souhaitent intervenir sur la nature, ils doivent se soucier des conséquences de leurs actes pour éviter des désagréments plus ou moins grands (de la pollution légère aux grandes catastrophes écologiques), le thérapeute et son sujet doivent vérifier que le nouveau comportement souhaité, la résolution du problème demandé par le consultant s’inscriront harmonieusement dans sa vie. Il ne s’agit pas de renoncer à un changement bénéfique pour le sujet, mais simplement de prendre le temps d’analyser chaque situation personnelle afin de changer l’objectif pour le rendre écologique. En effet, chaque changement fait évoluer le système ou les systèmes dans lesquels la personne évolue et il faut rechercher le meilleur résultat possible.

Cela passe par l’examen du mode de vie,  des interactions avec les autres, des croyances et surtout des valeurs du sujet et de ses proches. La plupart du temps cet équilibre doit être respecté et le nouveau comportement doit pouvoir s’inscrire au sein de ce système afin de s’installer en douceur et de durer.

En effet, nous souhaitons souvent nous débarrasser d’une mauvaise habitude ou changer, nous souhaitons devenir mince, arrêter de fumer, devenir plus sociable et moins timide, plus sûrs de nous (par exemple) mais nous n’y parvenons pas sans aide. Grâce à l’état modifié de conscience provoqué par l’hypnose, grâce à des protocoles et techniques qui ont fait leurs preuves, même sans induction hypnotique, nous pouvons atteindre notre objectif. Cela dit, il arrive couramment que faute de nous projeter dans le futur, nous rencontrions des limites qui nous empêchent de conserver le bénéfice de ce travail.

La détermination des objectifs

En hypnose/PNL, le travail préalable de détermination des objectifs est crucial pour cette raison. Parfois le sujet peut être frustré de ne pas être mis en état d’hypnose tout de suite, dès la première séance. Pourtant il est capital de faire cette analyse avant de commencer toute intervention. Généralement il est demandé au sujet de bien réfléchir à ce qui se passera pour lui lorsqu’il aura atteint son objectif. Le praticien l’aide à bien mesurer les conséquences de son travail. Le sujet réalise alors parfois avec surprise, qu’atteindre son but entrainera quelques complications, même si ce but lui tient à cœur. Ce sont des limites et parfois aussi des bénéfices secondaires que le sujet va rencontrer et qui, s’ils sont négligés l’empêcheront d’arriver à ses fins et de garder le bénéfice de l’intervention thérapeutique sur le long terme.

En revanche, une bonne détermination des objectifs, faite en collaboration avec le sujet et une bonne évaluation des limites et/ou bénéfices secondaires éventuels (avantages conscients ou pas procurés au sujet par son problème) permettra d’agir avec une plus grande efficacité en libérant la personne des freins qui l’empêchent d’atteindre son but.

Le praticien aide le consultant à mieux faire ce travail de projection dans le futur (pont dans le futur) en utilisant les techniques de l’hypnose et de la PNL.

Un objectif écologique en thérapie s’inscrit dans le contexte particulier et subjectif de la personne, dans sa vision et conception du monde, ce qu’en PNL on appelle la Carte du Monde de l’individu (sa perception personnelle de la réalité, l’ensemble des filtres à travers lesquels il perçoit et interagit). C’est un objectif qui doit être compatible avec notre équilibre psychologique présent et futur.

Il est impératif de se poser les questions suivantes :

– La demande du sujet est-elle complète et adaptée ? faut-il l’inscrire dans un cadre plus large ?

– Comment le sujet saura-t-il qu’il a atteint son objectif ?

– Quels sont les avantages de l’état présent ?

– Quels sont les avantages de l’état désiré ?

– Le changement sera-t-il harmonieux, sain, productif, évolutif et bénéfique ?

– Le changement va-t-il préserver la sécurité du sujet et de son environnement ?

– Quels sont les autres changements qui vont se produire si le sujet atteint son objectif ?

En étudiant, avec l’aide du praticien, certains éléments inconscients de sa personnalité, le sujet accomplit une démarche d’éveil à soi et d’évolution. Loin de la démarche passive à laquelle s’attendent parfois certaines personnes qui viennent à l’hypnose en pensant dormir puis sortir du sommeil débarrassé comme par magie du mal ou de l’habitude déplaisante, en laissant tout pouvoir et contrôle au praticien et sans rien savoir de ce qui se passe, le travail ici consiste à obtenir à l’inverse un élargissement de la conscience. La personne se donne toutes les chances d’atteindre son objectif dans le cadre d’une authentique démarche de développement personnel dans laquelle elle est pleinement actrice et impliquée.

Avez-vous réfléchi à votre propre situation ? Est-ce que vous cherchez en vain à changer depuis longtemps ? Qu’est-ce qui vous en empêche ? Prenez le temps de vous poser ces questions. Faites-le en toute sincérité. Faites-le tout seul pour commencer, vous pourrez toujours aller voir un thérapeute plus tard. Lorsqu’on désire changer réellement, il faut avoir le courage de regarder la réalité en face et comprendre pourquoi finalement nous nous accrochons à un état qui nous rend malheureux. Même en tête à tête avec soi-même, il n’est pas toujours facile de faire cette démarche de façon objective. Parfois aussi, les réponses sont inconscientes et seul un professionnel pourra vous aider à les faire émerger.

Le changement demande toujours un peu de courage et la première étape consiste toujours à accepter de sortir de sa zone de confort. Aussi étonnant que ça puisse paraître, quand nous souffrons vraiment beaucoup d’un état dont nous rêvons de nous défaire, au fil du temps, des années, parfois de toute une vie, nous nous sommes adaptées à cet état. Celui-ci s’est “enkysté” en nous. Un kyste devient parfois trop gros, trop gênant, trop douloureux et alors il faut opérer. Ce n’est jamais bien agréable mais une fois la chose faite, nous allons beaucoup mieux. Alors ayez le courage d’aller mieux ! Et devenez un écolo de l’esprit pour être heureux Smile.

 (Photo : JPC24M)

Les 7 questions que vous devez vous poser pour déterminer votre objectif en hypnose

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    10
    Partages
  • 10
  •  
  •  
Véronique CHEYRIAS
Praticienne Hypnose Ericksonienne et Programmation Neuro Linguistique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement votre livre d'auto hypnose

x