Comment formuler des vœux puissants

Lampe magique Comment exaucer vos voeuxAimeriez-vous posséder une lampe magique, comme Aladin ?

Qui n’a jamais rêvé d’avoir une lampe ou une bouteille magique contenant un génie. Imaginez : le voilà qui, grâce à vous, sort de sa prison sous forme de fumée. Et il vous octroie trois vœux, selon la Tradition. Savez-vous ce que vous lui demanderiez ? Avez-vous déjà réfléchi à ces trois vœux ? Lesquelles formuleriez-vous ? Savez-vous comment formuler des vœux puissants et les réaliser ? 

OK, vous savez ce que vous demanderiez au génie ? Et vous avez bien réfléchi à vos choix. Nous avons déjà étudié la procédure pour déterminer avec soins nos objectifs dans un précédent article (pour le lire, faites un clic droit avec votre souris, puis “ouvrir le lien hypertexte”). Imaginez alors la scène. Vous venez de frotter la lampe ou d’ouvrir le flacon. Vous êtes frémissant d’impatience. Le génie est là, face à vous, avec son turban et son pantalon bouffant qui se délite dans l’air. Il vous remercie chaleureusement de l’avoir libéré et il s’apprête à s’élancer dans les airs pour profiter de sa nouvelle liberté. Vous le rattrapez in extremis. “Eh le génie ! Attends une seconde !” criez-vous “Tu ne vas pas partir comme ça, tu me dois trois vœux !” Et le génie vous regarde avec surprise : “Que dis-tu là ? Tu as déjà fait tes vœux et ils ont tous été exaucés. Excuse-moi mais j’ai beaucoup à faire.” Et le voilà disparu.

Et vous, êtes-vous bien sûr(e) de connaître tous les vœux que vous avez  déjà prononcés dans votre vie ? Etes-vous certain(e) qu’une partie de ces vœux, même un seul peut-être n’a pas été effectué sans même que vous en ayez conscience et soit encore très actif aujourd’hui dans votre vie, pour le meilleur ou pour le pire ?

Tout d’abord pourquoi parler de “vœu” aujourd’hui alors que nous avons toujours employé le mot “objectif” ? Est-ce qu’il y a une différence entre les deux ?

Devez-vous vous fixer un objectif ou faire un vœu ?

Qu’est-ce qui différencie un vœu d’un objectif ?

Voici la définition du mot vœu selon le dictionnaire Larousse :

  • Promesse faite à la divinité pour obtenir sa faveur ou en remerciement d’une prière exaucée.
  • Vif souhait, vif désir de voir se réaliser quelque chose : Le résultat est conforme à vos vœux.
  • Souhait particulier, fait dans certaines occasions, liées à une tradition, une coutume, des superstitions, etc. : Faire un vœu quand on voit une étoile filante.

Le vœu a donc un caractère profond, presque spirituel.

Voici celle du mot objectif, selon le même dictionnaire :

  • But, cible que quelque chose doit atteindre : Les fusées ont atteint leur objectif.
  • But, résultat vers lequel tend l’action de quelqu’un, d’un groupe : Définir l’objectif d’une politique commerciale.
  • Point, ligne ou zone de terrain à battre par le feu (tir, bombardement) ou à conquérir par le mouvement et le choc (attaque).
  • Élément d’un instrument d’optique destiné à être tourné du côté de l’objet qu’ont veut observer, par opposition à l’oculaire, contre lequel on place l’œil.
  • Système optique constitué de lentilles et destiné à la formation des images en prise de vue, en projection ou lors d’opérations de laboratoire.

Que remarque-t-on ?

Le vœu a un caractère profond, presque spirituel. Il relève de la promesse, de l’engagement :j’émets un souhait mais en échange, je promets de faire quelque chose”. C’est le cas par exemple du vœu religieux dont la réalisation sera suivie ensuite par l’offrande d’un ex voto (par exemple les tableaux ou les objets symboliques laissés dans les églises par les fidèles exaucés).

L’objectif est plus un peu plus terre à terre, plus matérialiste : il s’agit de se fixer une direction, déterminer le lieu où l’on souhaite aller et y se diriger droit vers lui ou déterminer la chose souhaitée et tout faire pour l’obtenir. D’ailleurs dans le langage commun, nous parlons d’objectivité pour décrire ce qui est conforme à la réalité pure, ce qui est formellement exact et ne laisse la place à aucun sentiment personnel.

L’objectif est rationnel, le vœu est spirituel et personnel.

Pourquoi devriez-vous mettre de la spiritualité dans vos demandes ?

Pour faire apparaître le génie pardi Smile  ! Trêve de plaisanterie, la spiritualité pour certains, ce sera une déité dans ou hors du cadre d’une religion établie, un engagement que l’on fait à l’Univers, à une force plus ou moins indéterminée… Si l’on y réfléchit bien, le petit plus qui distingue le vœu de l’objectif est l’implication personnelle, or l’implication personnelle est une des caractéristiques essentielles pour atteindre le ou les objectifs que l’on se fixe. Faire un vœu, c’est exprimer la force de son désir. Nous parlons souvent de vœu solennel et le vœu entre souvent dans le cadre d’un rituel : celui qui entre officiellement en religion prononce ses vœux, je fais un vœu en regardant une étoile filante, je fais un vœu en mouillant ma nuque avec du champagne à la nouvelle année, je fais un vœu en entrant dans une organisation ou une association qui l’exige de ses adhérents (scouts, alcooliques anonymes, organisations mystiques…).

Le vœu s’accompagne généralement d’une contrepartie qui sera due si celui ou celle qui le prononce est exaucé. Celui qui fait un vœu ne se borne pas à fixer très précisément des objectifs et à les poursuivre sans relâche, en plus de ça il fait une promesse. Cela nous ramène aux sacrifices de jadis faits aux dieux pour avoir de la pluie ou une bonne récolte par exemple. Celui qui fait un vœu montre sa détermination et prouve qu’il est prêt à tout puisqu’il n’hésite pas à s’engager. Il offrira quelque chose ou il sacrifiera quelque chose ou encore il s’engage sur un comportement, une attitude à avoir (aider les autres, garder le secret…). Même une personne totalement hermétique à la spiritualité peut faire un vœu car elle ne sera pas insensible à sa dimension morale, faire un vœu c’est aussi engager son honneur. Avec le vœu il faut aller jusqu’au bout.

Mettez la puissance de l’engagement à votre service

La psychologie sociale a démontré l’immense puissance des engagements (pour en savoir plus, faites un clic droit ici (puis ‘’ouvrir le lien hypertexte””). Parce que les engagements sont forts, surtout s’ils sont pris en public mais même lorsqu’ils restent secrets, le vœu a toute la force d’un objectif avec un pouvoir supplémentaire. L’objectif peut être changé facilement si en cours de route, on s’aperçoit que finalement il ne nous convient plus. Avec le vœu c’est plus délicat.

Vous pouvez donc utiliser toute la puissance de l’engagement psychologique pour vous aider à obtenir ce que vous souhaitez.

Le “feu sacré”

“Si vous voulez être heureux, déterminez un but qui domine vos pensées, libère votre énergie et nourrisse vos espoirs” disait Andrew Carnegie qui savait bien de quoi il parlait puisqu’il a débuté dans la vie comme simple ouvrier pour bâtir une fortune colossale et passer à la postérité comme un grand philanthrope et bienfaiteur. Andrew Carnegie s’était-il fixé des objectifs ? Ou bien sûr mais il a fait bien plus que ça. Il était animé par ce qu’on appelle parfois “le feu sacré”.

Cette énergie spirituelle (que vous pouvez avoir même en étant complètement athée, chacun a sa définition de ce qui transcende la réalité ordinaire) est ce qui fait la différence par exemple entre un métier et une vocation, un but simple et une mission de vie.

Faire un vœux n’est pas un acte anodin car nous venons le voir c’est un acte qui engage et qui aura des conséquences sur le futur. Le vœux est plus puissant que l’objectif car il est plus engageant. Oui mais alors, l’engagement est-ce une chose positive ou pas ? La psychologie sociale nous encourage à nous méfier de nos engagements inconscients et elle fait bien ! De nombreux comportements humains automatiques sont utilisés parfois et par certaines personnes qui les connaissent bien à des fins manipulatoires. C’est pourquoi il faut apprendre, étudier, devenir toujours plus lucide et plus conscient de ce qui se passe dans notre inconscient. C’est un des buts de ce blog que de vous amener à prendre conscience d’une partie des conditionnements que nous subissons sans les voir.

Pourtant rien n’est diabolique en soi. Ces tendances existent en nous, au lieu de nous en désoler parce que certains les exploitent pour faire le mal, apprenons à les connaître et utilisons-les pour les mettre à notre service et au service de nos souhaits. Une fois que vous connaissez la puissance de l’engagement, vous ne pouvez plus être manipulé aussi facilement par autrui. A l’inverse, une fois que vous la connaissez vous pouvez l’utiliser pour vous auto-conditionner dans le sens que VOUS souhaitez. Vous prenez les commandes.

Vous pouvez voir la dimension d’engagement qui existe dans le vœux comme un outil. Un outil, un marteau par exemple, peut être utilisé pour bâtir ou pour détruire, tout dépend l’usage que l’on choisit d’en faire. Il en est de même de l’engagement. Utilisé volontairement et à bon escient, il vous aidera à affirmer la voie que vous avez décidé de suivre et il vous aidera à ne pas dévier de cette voie.

Les vœux inspirés

Ce sont les plus mystiques de tous même quand ils ne touchent pas à la religion. Un individu change radicalement de vie, de comportement, de croyances ou d’attitude, du jour au lendemain sous l’effet d’un événement précis qui le marque profondément, face à l’exemple d’une personne rencontrée et admirée etc. La conversion religieuse relève de cette catégorie mais pas seulement. Cela peut concerner un individu violent et hors la loi qui un jour change complètement d’attitude, adopte un mode de vie complètement opposé et va jusqu’à faire tout son possible pour aider à changer ceux qui sont dans ce qu’il considère comme ses erreurs passées.

Les vœux qui ne vous appartiennent pas

Attention aux vœux négatifs

Parfois les outils peuvent blesser mais ça arrive essentiellement lorsque nous ignorons la façon de les utiliser. Avez-vous fait des vœux au cours de votre vie ? Prenez bien le temps d’y réfléchir et d’analyser votre réponse, prenez des notes. En parlant de la détermination de nos objectifs, nous avons évoqué le fait que parfois, inconsciemment nous cherchions à satisfaire l’objectif d’un tiers tout en pensant poursuivre notre propre but. C’est le cas par exemple du jeune qui entame des études de médecine parce-qu’il ou elle sait que ça correspond aux attentes profondes de sa famille, il fait taire la petite voix en lui, rebelle, qui lui souffle qu’il/elle voudrait faire autre chose. De la même manière que nous poursuivons parfois des objectifs qui ne sont pas les nôtres, il nous arrive de porter le poids de vœux qui ne nous appartiennent pas. Et ces vœux là sont très lourds car justement nous n’avons pas choisi ce type d’engagement, même si nous pouvons longtemps être persuadés du contraire ! D’autres personnes l’ont fait pour nous et nous ont transmis cet héritage.

Les vœux hérités

Les vœux hérités appartiennent à cette catégorie. Ils peuvent être de deux natures :

Le vœu de tradition (exercer un métier, reprendre une entreprise, copier un code moral…). Ce type de vœu est plus ou moins conscient. Même si la pression familiale peut être forte il nécessite tout de même un assentiment pour être repris.

Il y a aussi le vœu par réaction. Celui-ci est beaucoup plus souvent inconscient et subi, la personne concernée est convaincue d’avoir fait un choix personnel alors qu’elle n’a fait que réagir au comportement d’un tiers (parent, modèle familial…) par rébellion. C’est le cas de l’individu qui devient maladivement avare parce qu’il a grandi dans une famille où l’argent était dilapidé et les huissiers constamment devant la porte (ou l’inverse). Cela peut être celui qui entreprend une carrière dans la finance, choisit de porter des costumes ou des tailleurs et des montres de prix, d’investir dans la stabilité et la respectabilité car il a été élevé par de joyeux hippies crottés, instables et fauchés.

Le vœu par réaction/rébellion peut même conduire à des troubles, des plus légers aux plus sévères.  Prenons l’exemple d’une jeune femme élevée dans une famille où les femmes étaient grandement majoritaires et où la Tradition leur conférait un rôle secondaire, voire humiliant. La fillette grandit en assimilant la féminité à la faiblesse,  au manque de valeur, à la honte, à la souffrance physique et psychologique, des modèles que sans le vouloir lui ont transmis les femmes de sa famille. Plus tard, elle portera les cheveux courts, adoptera un look androgyne et n’aura de cesse de prouver au monde entier qu’elle est capable de faire autant et sinon toujours mieux que les hommes. Dans les cas les plus extrêmes, si elle a grandi aux milieu de femmes aux prises avec des maternités non désirées ou problématiques de santé incessantes liés à la féminité, cette même jeune femme pourra être frappée de stérilité… Il arrive que des problèmes physiques de ce type, comme une stérilité qui ne s’explique pas physiologiquement selon d’après corps médical, se débloque un jour brutalement parce que la femme a travaillé avec son inconscient. Pour ce type de problématique, purement psychique, l’hypnose peut être d’un grand salut.

Même lorsque le contenu du vœu hérité peut ne pas sembler mauvais en soi (faire médecine), – c’est une question de jugement personnel -, ce qui compte c’est la structure du vœu : il n’est pas effectué librement, il est hérité. Et ce qui devrait caractériser un vœu est précisément le fait d’appartenir à part entière à celui qui le prononce.

Le vœu : prison ou pouvoir ?

A ce stade de la lecture, vous l’avez compris : il peut être les deux. Nous avons vu qu’un vœu est beaucoup plus engageant qu’un objectif et que pour cette raison, il est plus difficile de s’en libérer. A cause de cela, certaines personnes hésitent à faire un vœu de crainte d’être emprisonnées par lui et de ne plus pouvoir revenir dessus ensuite. Oui le vœu engage mais personne ne fait de vœu concernant de petits souhaits ou des désirs anodins.

Par définition le vœu est une force puissante, quelque chose qui nous anime et nous possède et va bien au-delà du désir et de la volonté simple. Parce que vous ne faites pas de vœu solennel tous les jours, vous n’aurez peut être jamais à en revoir un, mais si ça devait être le cas malgré tout ? Eh bien de la même manière que vous devez prendre tout votre temps pour formuler un vœu, vous devez également prendre tout votre temps pour le revoir s’il est nécessaire de le faire mais si ça s’impose : faites-le !

Vous êtes humain et imparfait et en tant que tel vous avez le droit à l’erreur. Prenons encore l’exemple de la religion. Prononcer des vœux religieux, consacrer sa vie à la religion est une décision qui prend beaucoup de temps. D’ailleurs, la plupart des cultes ne permettent pas de s’engager trop vite. En général il y a toujours plus ou moins une forme de noviciat, une longue initiation, voire une mise à l’épreuve destinées à s’assurer que la personne qui postule est vraiment déterminée et a analysé ses motivations en détail, afin de pouvoir justement prononcer ses vœux de manière sans hésitation. Elle le fait pour la vie et pourtant parfois, il y a des incidents de parcours. Il arrive que des personnes engagées dans une voie spirituelle en sortent un jour. Parfois cela s’impose vraiment ! Et il faut saluer le courage de ceux qui osent dire “Je me suis trompé(e)” et préfèrent revoir leurs vœux, les modifier ou tout simplement les annuler s’il le faut plutôt que de les salir sans avoir cette sincérité. Un vœu n’est pas fait pour être annulé, mais s’il le faut vous pourrez bien sûr le faire. Il vous faudra prendre juste autant de temps de réflexion et de méditation que vous en aviez pris pour le formuler.

Le mariage et/ou les vœux amoureux

C’est un peu le pendant du vœu religieux. On entre dans le mariage (ou dans un serment mutuel, même si cela se fait sans engagement officiel). En principe il devrait être fait lui aussi au terme d’un long parcours de réflexion et d’écoute de l’autre et de soi-même : qu’est-ce que le partenaire est en attente de ce vœu réciproque ? Est-on en mesure de le lui apporter ? Qu’attendons-nous nous mêmes, est-ce que l’autre est la meilleure personne pour répondre à nos attentes, est-ce que celles-ci lui conviennent ? Que met-on dans le contrat ? quelles conditions, quelles valeurs communes, quelles envies, quels projets et plan de vie. Lorsque des personnes se jurent de s’unir pour la vie, ce n’est pas pour divorcer quelques années après. Cela arrive parfois, malheureusement. Renoncer à cause des statistiques de divorce ou de séparation, c’est un peu comme refuser de vivre.

La vie est pleine de risques c’est son essence même mais, c’est aussi ce qui fait son sel et la raison pour laquelle nous sommes ici-bas.

En conclusion, nous pouvons dire que les vœux ne sont ni bons ni mauvais en soi. Ils ne sont, comme bien des choses dans nos vies, que ce que nous en faisons. La prise de conscience, la méditation, la lucidité, l’hypnose et la PNL et d’autres techniques d’aide de prise à la décision ou de développement personnel restent encore et toujours des alliés pour nous aider à faire nos choix. L’essentiel étant qu’il s’agisse vraiment de choix.

Et pour terminer sur une note positive, sachez que vous avez droit à un nombre illimité de vœux. Si vous pensiez avoir déjà épuisé votre quota, souriez : il est tant de faire le vœu de votre vie.

Seuls vos vœux personnels pourront vous rendre heureux.

Exercice pratique

Faites la liste des vœux conscients ou inconscients que vous avez délibérément prononcés dans votre vie.

Réfléchissez et faites la liste des vœux dont vous avez hérité. Il peut s’agir de choses très simples. Par exemple vous êtes d’une sobriété exemplaire et vous ne vous êtes jamais posé de questions là-dessus. En faisant cet exercice, vous allez peut-être réaliser que vous avez eu un ou plusieurs ancêtres souffrant d’alcoolisme et que vous avez fait le vœu de cette sobriété en réaction à leur pathologie.

Réactualisez vos vœux. Vérifiez s’ils sont toujours aussi bons pour vous. Vous n’êtes pas obligé de supprimer un vœu complètement, vous pouvez le revoir et le réajuster à la personne que vous êtes aujourd’hui et à vos besoins.

Maintenant que vous connaissez le principe des vœux hérités, pourquoi ne pas demander mentalement de l’aide à vos modèles ou ancêtres ? Le principe fonctionne dans les deux sens. Si vous estimez manquer d’une qualité particulière dont disposait un de vos modèles familial, si vous avez construit votre personnalité en réaction à des modèles et que, aujourd’hui vous aimeriez être un plus vous-même, allez rencontrer cette personne qui pourrait vous aider à vous rééquilibrer, en pensée, discutez avec elle, demandez-lui de vous conseiller et de vous accompagner pour acquérir les ressources qu’il vous manque. Vous pouvez travailler ces aspects là avec un praticien en PNL ou en hypnose, sinon tout simplement imaginez ce que cette personne à qui vous aimeriez davantage emprunter aujourd’hui aurait fait en telle ou telle circonstance et adaptez votre comportement.

Est-ce que vous aimeriez pouvoir faire un nouveau vœu ? Prenez votre temps et assurez-vous qu’il correspond à un destin, au destin que vous souhaitez pour vous-même.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
Véronique CHEYRIAS
Praticienne Hypnose Ericksonienne et Programmation Neuro Linguistique

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement votre livre d'auto hypnose

x