Comment recevoir des cadeaux de la vie

Cadeaux de la vieComment recevoir des cadeaux de la vie ?

Avez-vous déjà rêvé de faire du changement dans votre vie sans parvenir à le mettre en place ? Avez-vous déjà souhaité que les choses et le monde change autour de vous ? Rencontrer de nouvelles personnes passionnantes, peut-être avoir un nouveau job plus intéressant ou mieux payé ? Avez-vous envie de voyager ? De vivre toutes sortes de nouvelles expériences ? Et ne vous-êtes vous pas demandé pourquoi rien ne se passait en dépit de votre puissant désir de changement ? Avez-vous eu l’impression que vous faisiez sincèrement tout ce qu’il fallait pour faire entrer de nouvelles opportunités dans votre vie mais sans que cela ne fonctionne jamais ? 

Oui ? Mais alors, que se passe-t-il ?

Il y a une petite histoire qui évoque bien cela. C’est celle du sage, du savant et de la tasse de thé. Je vous la raconte pour le cas où vous ne la connaitriez pas encore :

La tasse de thé

“On raconte qu’autrefois, quelque part en Inde, vivait un très grand sage, retiré en ermite seul au fond de la forêt. Toutefois, il acceptait de recevoir des visiteurs de passage et certains venaient parfois le trouver pour recueillir un peu de sa sagesse. Un jour un puissant homme d’affaire vint le trouver. Il dit au sage : “J’aimerais apprendre à méditer et étudier la sagesse que vous détenez mais voyez-vous, j’ai peu de temps devant moi, mes affaires m’attendent.” Le sage sourit à l’homme et s’attrista de le voir si pressé. Il l’invita à s’asseoir et à se détendre, il lui assura qu’ils avaient tout le temps de discuter ensemble. L’homme d’affaire s’agitait sur sa chaise et regardait sa montre d’un air angoissé. Il insistait et parlait beaucoup. Ce qu’il souhaitait c’est que le sage lui donne quelques idées clés là tout de suite, sur la méditation et la Connaissance, qu’il pourrait emporter avec lui, revoir dans son avion et utiliser sans perdre de temps. Toutefois, devant l’insistance du vieil ermite, il accepta de prendre une tasse de thé.

Plus l’homme d’affaire semblait pressé d’en finir et plus le sage se déplaçait lentement, prenant tout son temps pour accomplir chaque geste. Quand le thé fut prêt le vieil homme s’approcha, disposa une tasse et une soucoupe devant son invité et se mit à le servir. Lorsque la tasse fut remplie de la boisson chaude, au lieu de s’interrompre, il continua à verser. Bien sûr, le thé déborda et se répandit partout. L’homme d’affaires, qui était déjà bien énervé, se mit carrément en colère : “Eh ! mais qu’est-ce que vous faites ? Etes-vous devenu fou ? Vous voyez bien que cette tasse est pleine, pourquoi continuer à verser du thé dedans ?”

Tasse de théLe sage sourit de nouveau à l’homme et lui dit : “Tu as raison. Cette tasse  est déjà pleine et elle ne peut contenir une goutte de thé de plus. Tu vois donc qu’un contenant qui est déjà plein ne peut plus rien recevoir, alors comment espères-tu, toi qui est déjà plein de connaissance, de savoir, de soucis et de tracas, recevoir encore quelque chose de moi si j’essaie de t’enseigner la méditation et la sagesse ? Je ne peux rien faire pour toi.  Si tu souhaites vraiment changer et apprendre quelque chose de nouveau, alors fais de la place dans ton esprit et ensuite tu pourras revenir me voir.” (auteur inconnu)

Vous avez bien compris : pour accueillir de la nouveauté et du changement dans votre vie, vous devez faire de la place

Si vous ne libérez pas de place dans votre vie pour la nouveauté, vous allez être comme la tasse du savant qui est déjà pleine à ras bord et qui voudrait contenir encore plus de liquide. Vous pourrez appeler plein de bonnes et belles choses dans votre vie, même si vous suivez les conseils que l’on vous donne dans le cadre de coaching ou les règles de la pensée positive, même si vous pensez être motivé et impliqué, ça ne fonctionnera pas car ce que la vie va vous envoyer ne pourra pas entrer dans “votre tasse” déjà pleine et va déborder partout. Ce n’est pas que ce que vous souhaitez recevoir n’est pas accessible ou disponible, ce n’est pas que vous ne le méritez pas ou que vous n’êtes pas capable de réussir, mais tout simplement que VOUS n’êtes pas prêt pour recevoir toutes ces choses.

Nous sommes tous enfermés, liés à des comportements, des habitudes ou des personnes toxiques qui nous empêchent d’avancer. Au fond de nous, il arrive même que nous en soyons conscients mais nous n’arrivons pas à renoncer à ce que nous avons pour obtenir autre chose. Quelque part nous savons bien qu’il faut toujours sacrifier une chose pour en obtenir une autre mais, nous doutons, nous avons peur que ça ne fonctionne pas. L’être humain est ainsi fait qu’il a tendance à se raccrocher à ce qu’il a déjà, à ce qui lui semble acquis et paradoxalement même lorsqu’il s’agit d’une chose qui le fait souffrir, d’une chose douloureuse.

Nous avons tendance à préférer la souffrance ordinaire que nous connaissons bien, avec laquelle nous sommes intimes depuis longtemps, plutôt que d’aller vers l’inconnu. Des expériences en psychologie ont montré que nous avons plus de mal à renoncer à ce que nous avons qu’à aller vers ce que nous désirons. Après tout : “On sait ce qu’on a, on sait pas après quoi on court ni si on va l’attraper un jour !”. Avez-vous entendu cette petite phrase vous aussi ? Souvent, n’est-ce pas ? Vous avez peut être entendu des salariés dire cela après avoir appris que leur chef, qu’ils critiquaient pourtant tous les jours, allait être bientôt remplacé par un autre : inconnu. Ou bien, parmi vos connaissances, une personne malheureuse en couple a-t-elle pu vous répondre ça aussi quand, vous lui avez suggéré d’envisager de se séparer de ce conjoint dont elle se plaignait tant et sans cesse. Cela peut être aussi un(e) autre de vos amis qui rêve depuis toujours de changer d’orientation professionnelle mais s’accroche obstinément à un poste en CDI qui lui déplaît mais, qui lui offre une certaine sécurité.

Vous même, n’avez-vous pas vous aussi été parfois tenté de vous accrocher à ce qui vous fait si mal mais que vous connaissez si bien et qui est si  délicieusement familier ?

Lâcher la proie pour la lumière

Prenez la question de la perte de poids. C’est un exemple simple. Pour obtenir ce que l’on veut (un corps plus mince, en meilleure santé), il faut bien faire de la place aussi. Il va falloir commencer à renoncer à certaines choses. Cela sera certains aliments gras ou sucrés ou certains repas ou grignotages excédentaires qu’il va falloir abandonner. Au-delà de cela, il s’agit de renoncer à des actes qui font plaisir, qui parfois apaisent, consolent, ont un effet anxiolytique ou tout simplement à un mode de vie trop bon vivant et qui, bien que très agréable et lié à une certaine joie de vivre, peut néanmoins être incompatible avec la santé, si ça se traduit par un excès de poids.

Donc pour avoir le corps mince que nous désirons, nous devons renoncer à un certain nombre de choses. Nous l’avons vu il est très difficile de lâcher ce que nous avons dans l’espoir d’obtenir une chose aléatoire, que après tout nous ne sommes jamais bien certains d’obtenir. Là encore la sagesse populaire nous éclaire, non pas sur ce qui est vrai et sage, pas toujours, mais sur notre façon de penser bien humaine. Ainsi, nous parlons de : “Lâcher la proie pour l’ombre”. Cette expression traduit bien à quel point nous préférons rester immobiles, même insatisfaits car notre tendance naturelle est de vouloir à tout prix garder ce que l’on a, protéger les acquis et s’ils sont protégés alors seulement essayer d’obtenir plus.  Nous aimerions avoir plus mais nous avons peur ! Nous avons peur de tout perdre et de nous retrouver avec rien.

Demandez à une personne de lâcher ce qu’elle a pour, peut-être, obtenir mieux, elle aura beaucoup de mal à le faire car elle pensera que c’est trop risqué. Pourtant si nous restons sur notre exemple, si vous voulez perdre du poids (à supposer que votre excès de poids soit d’origine alimentaire bien sûr) vous n’y parviendrez pas sans renoncer aux plats du jour trop gras du resto le midi avec vos collègues, aux excès alcoolisés de fin de semaine, ou aux grignotages sucrés ou sans vous mettre à faire un peu de sport. Vous ne pourrez pas obtenir ce nouveau corps dont vous rêvez en gardant les anciens avantages et plaisirs et bénéfices secondaires de votre ancienne façon de vivre. Mais pourquoi lâcher la proie pour l’ombre ? Lâchez-là donc pour la lumière !

Mon exemple personnel

J’ai vécu autrefois sous l’emprise d’une personne hautement toxique pour moi. Cela a duré de nombreuses années. Au début bien sûr, je ne me rendais pas compte que cette personne me faisait du mal, je lui faisais confiance mais au fil du temps, les violences de tout type, psychologiques, physiques, matérielles s’accumulant, je ne pouvais plus l’ignorer. Pourtant, je me suis accrochée des années durant à mon rêve d’amour initial. Je refusais de voir la vérité en face. Je savais qu’il n’y avait pas d’amour, je savais que cette personne me détruisait mais je n’avais pas le courage de changer de vie. Bien sûr, ce n’est jamais facile et à cause de cela même, nous nous abritons derrière les difficultés, même si elles sont bien réelles, pour ne pas tenter le changement.

Même après une séparation physique et un éloignement géographique, je suis restée dans une forme de dépendance à cette personne. Elle y trouvait son compte, pouvant ainsi poursuivre son œuvre de manipulation destructrice et servir ses propres intérêts mais, bien que ce soit extrêmement difficile pour moi de le dire j’y trouvais aussi mon compte. Oui nous sommes capables de trouver notre compte dans les situations les plus douloureuses, les plus violentes et les plus terribles qui soient ! Cela peut être par exemple parce que nous avons déjà été maltraité dans l’enfance et que, oui, il y a une forme d’habituation, de normalisation de la violence et de l’abus qui fait que, même si nous sommes raisonnablement conscient de l’anormalité de notre vécu, nous faisons avec, nous l’acceptons car au final, nous trouvons toujours quelque bénéfice secondaire à la pire des situations : ne pas être seul ou se donner l’illusion de ne pas l’être, assurer une façade sociale de normalité (je suis en couple comme tout le monde) ou pour des petites choses beaucoup plus triviales.

Personnellement, par exemple, quand j’envisageais de couper les ponts avec cette personne toxique, je me raccrochais aux moments où celle-ci feignait l’amitié et faisait tout pour donner le change, surtout pour l’entourage et les amis communs. Je m’auto-intoxiquais à refuser de voir toute sa noirceur pour me donner des excuses pour la garder dans ma vie. Et, je me laissais envahir par des peurs, savamment entretenues par le manque de confiance en soi, celui-là même qui était entretenu et nourri par cette relation toxique. Ce sont ces peurs qui nous font nous accrocher à notre malheur alors qu’il serait si simple, tout simple, de nous lever un matin et de dire : “C’est terminé.” Et ce serait terminé. Instantanément.

En ce qui me concerne, j’avoue que je me suis laissée déborder et paniquer par des choses ridicules et bêtes du style : “Si je coupe les ponts avec X je vais me retrouver toute seule et alors qui me changera un joint de robinet en cas de fuite ? Qui réparera ma tondeuse à gazon ? Que vais-je devenir si un jour je suis malade et que je n’ai personne pour me conduire à l’hôpital ?” Ce sont des peurs. Ridicules. Il n’y a rien de rationnel là-dedans. Oui c’est vrai je n’étais pas douée pour bricoler. Mais le jour où cette personne est sortie de ma vie, j’ai trouvé des solutions, par la force des choses. Et j’ai résolu la grande majorité des problèmes qui se sont présentés et au fil du temps j’ai pris confiance et j’ai réalisé que j’en étais parfaitement capable. Et quand, d’aventure, je ne l’étais pas, eh bien oui, j’appelais un ami à la rescousse et il y en a eu, ou un professionnel et vous savez quoi ? D’une manière ou d’une autre je m’en suis sortie.

Avant ça je me disais : “Avec mes toutes petites ressources, comment pourrais-je appeler un réparateur à chaque petite panne à la maison ? Je vais mourir dans une maison en ruines, où ne n’aurais plus ni eau ni électricité et où plus aucun appareil ne fonctionnera, la toiture va s’envoler à la première tempête, les murs vont s’écrouler, la voiture va tomber en panne, tout va partir en cacahuète et je vais crever toute seule comme un rat et on retrouvera mon cadavre putréfié !” Eh oui je fais exprès d’en rajouter un peu pour vous montrer le processus de catastrophisme qui se met en place dans notre cerveau lorsque nous envisageons de… lâcher l’ombre… pour la proie ! Car en réalité, dans bien des cas, c’est de cela qu’il s’agit ! Nous sommes parfois dans des situations épouvantables mais nous sommes tellement intoxiqués par nos propres croyances limitantes et notre incapacité à jeter le vieux et le toxique pour faire de la place au neuf, à une nouvelle vie, plus douce, que nous ne sommes même plus en état de raisonner ! Pourtant, si nous étions capables de nous poser vraiment pour le faire et répondre à quelques questions simples, nous découvririons tout de suite qu’en réalité nous n’avons rien à perdre et tout à gagner à “vider notre tasse de thé moisi et toxique dans l’évier” pour proposer à la vie de la remplir avec autre chose. Et la nature qui a horreur du vide s’empressera de le faire, croyez-moi.

Pensez-vous que ce soit une bonne transaction que de se laisser torturer psychologiquement ou physiquement, voler, exploiter, utiliser, ou autre autre mauvais traitement, contre la réparation d’un robinet qui fuit ? Est-ce une bonne transaction que de se laisser voler et dépouiller de son patrimoine matériel et/ou intellectuel, en échange de l’installation d’un ballon d’eau chaude ou d’un pneu changé sur la voiture une fois de temps en temps ? Est-ce que le vague effet anxiolytique que procure cette illusion d’avoir quelqu’un auprès de soi pour le cas où vaut tous ces sacrifices ?

Est-ce que, à l’inverse, si nous ne sommes plus capables de nous débrouiller pour de petites choses alors que nous avons été indépendant jadis ce n’est pas justement parce que cette personne est entrée dans notre vie et nous a ligotés pour nous tenir sous sa coupe, nous a fait plonger dans une sorte d’addiction à la relation toxique qui, au fil du temps et devenu pure dépendance, sans ne plus procurer aucun avantage mais en nous tuant à petit feu ?  Est-ce que, si aujourd’hui nous angoissons à l’idée d’être incapable de payer un plombier, c’est parce que nous en sommes vraiment incapable de gagner suffisamment d’argent pour le payer ou parce que tant que nous resterons dans cette relation toxique, en effet, nous ne serons plus capables de rien ? Tout ça, c’est exactement ce qui m’est arrivé. Mes peurs étaient imaginaires et quand enfin j’ai pu vivre loin de cette personne et de ceux qui la fréquentent, tout a changé. La tasse avait été vidée, en tous cas de tout son contenu empoisonné et parce qu’elle a été vidée, alors la vie, le destin, l’univers, la loi de l’attraction, appelez-ça comme vous voulez (peu importe) a pu recommencer à verser de bonnes choses à l’intérieur. J’étais prête à recevoir des cadeaux de la vie et à les accueillir.

Et j’ai reçu : plein de cadeaux de la vie !

Alors, vous aussi, posez-vous les questions suivantes : “Qu’ai-je à perdre à changer cette situation qui me rend si malheureux(euse) ?” (un job, un conjoint violent ou manipulateur, un trouble alimentaire, quoique ce soit…) Et demandez-vous aussi : “Qu’ai-je à gagner à renoncer à mon ancienne vie, ou habitudes, quel est l’enjeu ?”

Si vous n’êtes pas encore tout à fait convaincu, je vous propose de faire un petit exercice pour vous aider.

Exercice : Avez-vous vraiment intérêt à changer ?

Prenez un carnet, un document informatique, peu importe et notez, faites un tableau et partagez-le en 4 selon le modèle ci-dessous. Vous agrandirez les colonnes autant que nécessaire et en fonction de vos besoins bien entendu.

Première étape :

Situation actuelle                                        Situation future

· Bénéfice 1

· Bénéfice 2

· Bénéfice 3

· Etc…

· Bénéfice 1

· Bénéfice 2

· Bénéfice 3

· Etc…

· Inconvénient 1

· Inconvénient 2

· Inconvénient 3

· Etc…

· Inconvénient 1

· Inconvénient 2

· Inconvénient 3

· Etc…

Dans la première colonne, vous allez noter tout ce que vous avez aujourd’hui et qui caractérise votre situation actuelle, cette situation à laquelle il vous faudrait renoncer pour aller vers un changement de vie et pour plus de bonheur. Notez chaque élément et allez à la ligne après chacun, vous les inscrivez les uns en dessous des autres, sous une forme de liste. Ecrivez d’abord tous les bénéfices secondaires de votre situation actuelle, ce qui vous paraît positif, puis tirez un trait avant de lister les éléments négatifs. Utilisez deux couleurs : par exemple le bleu pour noter le positif ou les avantages ou bénéfices de votre situation actuelle, le rouge pour noter tout ce qui vous rend malheureux dans cette même situation. Faites le total de chaque couleur.

Dans la seconde colonne, vous allez refaire le même exercice qu’avec la première, mais cette fois en vous projetant dans le futur. Installez-vous confortablement, détendez-vous et laissez-vous aller à imaginer un avenir dans lequel vous avez lâché l’ombre de votre vie présente. Un avenir dans lequel vous êtes cette personne que vous aimeriez tant devenir. Essayez de visualiser votre vie future une fois que vous aurez renoncé à ce qui vous empêche de changer et d’être heureux, donc le cas échéant, votre vie sans conjoint toxique, votre vie sans cet emploi que vous ne supportez plus, votre vie sans les gâteaux sucrés, l’alcool ou le coca (mettez ce que vous voulez à la place). Vous pouvez vous aider de cet article pour déterminer vos objectifs futurs. Dans cette troisième colonne vous allez utiliser également les deux couleurs de feutres pour noter tout ce qui aura changé, le positif et le négatif. Comme la première fois, notez bien chaque élément indépendamment et allez à la ligne à chaque fois. Faites les totaux.

Observez les chiffres obtenus. Que pensez-vous des résultats ? Lorsque nous prenons le temps de réfléchir calmement et d’écrire à propos de notre situation, de quantifier vraiment les bénéfices à conserver la situation actuelle qui nous fait souffrir ou à aller vers une nouvelle situation, nous réalisons alors bien souvent que les premiers font fort peu nombreux ou de nature anodine et ridicule, tandis que les inconvénients sont considérables et graves. A l’inverse, le changement présente souvent peu d’inconvénients majeurs et beaucoup d’avantages. Et il est en souvent ainsi pour tout dans la vie, ce qui nous procure 80 % d’inconvénients est ce qui nous donne 20 % de bénéfices uniquement et au contraire, ce qui nous donne 80 % de satisfaction ne nous inflige que peu d’inconvénients, environ 20 %. C’est une loi universelle, la loi de Pareto, qui s’applique à bien des choses et pas seulement à l’économie et aux affaires (cliquez ici pour en savoir plus sur la loi de Pareto).

Exemples

Si vous avez noté “Je ne suis pas seul(e)” dans la colonne 1, vous pouvez noter dans la colonne 2 ce que ce constat vous inspire, par exemple “Sécurité”

Si vous avez noté “Pour la société, j’ai l’air d’une personne normale, qui a une vie normale, en couple et qui réussit”, vous notez en 2 : “Reconnaissance sociale”

Si vous avez noté “Je vis dans l’appartement commun que nous avons acheté ensemble”, en 2 vous mettez “Risque de perte de l’appartement que j’aime”

Si vous avez noté “Dans mon emploi actuel, j’ai la sécurité d’un CDI et d’une paye fixe qui rentre tous les mois”, notez en 2 : “Perte de la sécurité de l’emploi, perte de la garantie d’un salaire fixe”

Si vous souhaitez maigrir, si vous avez noté en 1 : “Actuellement je passe de bons moments avec les amis, au restaurant, à faire des apéros, à boire le samedi soir et prendre un petit goûter chocolaté après le travail devant ma série TV favorite et j’aime bien ce mode de vie”, en 2 vous notez “Plus de sobriété sur l’alcool et la nourriture, peut être un peu moins de sorties objet de tentations, plus de grignotage sucré devant la TV”

Si vous avez noté “Mes enfants grandissent au sein d’une cellule familiale complète, père/mère”, en 2 vous notez “Je dois renoncer au modèle idéalisé de la famille parfaite”

ainsi de suite jusqu’à ce que vous ne trouviez vraiment plus rien à écrire.

Bien sûr, certaines thèmes sont plus délicats que d’autres. C’est le cas bien évidemment, si des êtres fragiles dépendants de vous, comme de jeunes enfants, risquent d’être impactés par votre choix, car nous parlons ici de faire un choix. Cela ne doit pas vous empêcher de faire l’exercice mais au contraire, faites-le avec encore plus de rigueur afin de pouvoir en tirer un bilan précis ensuite. Prenez votre temps, il s’agit de votre vie, de votre avenir ! et peut-être de celui de vos enfants. Les meilleures décisions ne sont pas toujours les premières qui nous viennent à l’esprit instinctivement sous l’influence de nos peurs. C’est pourquoi il est important de se relaxer et de faire une analyse complète de la situation. Notez un maximum d’éléments, ce qui vous paraît très important et même ce qui l’est moins : n’oubliez pas que notre vie quotidienne et donc, notre bonheur est fait de la somme d’une foule de petits éléments qui pris chacun séparément peuvent paraître anodins mais qui, additionnés les uns aux autres, peuvent bien faire de votre vie un enfer !

Seconde étape :

Reprenez vos deux listes d’items rouges (inconvénients actuels et imaginés imaginés dans la situation future) et entourez dans chaque liste rouge, les éléments que vous choisissez aujourd’hui de ne plus tolérer du tout dans votre vie, ceux qui vous sont le plus odieux et dont vous ne voulez plus jamais entendre parler. Si vous avez bien tout noté et pris votre temps, certains éléments vous paraîtront plus secondaires, moins importants que d’autres, voire acceptables, faites donc bien la différence, pour le présent et pour le futur.

A présent prenez vos deux listes bleues et entourez les éléments positifs qui vous tiennent le plus à cœur et que vous souhaitez à tout conserver, si vous les avez déjà ou à tout prix obtenir ou découvrir dans le futur, si vous ne les avez pas encore.

Une fois encore prenez les résultats obtenus et examinez-les. Faites un bilan à partir de vos réponses et tirez une conclusion. Si votre situation actuelle est vraiment intolérable, vous réaliserez qu’en réalité, vous avez tout à gagner à amorcer ce changement et bien peu à perdre. Si ce n’est pas le cas, relisez vos réponses et réfléchissez de nouveau à votre situation. Peut-être l’avez-vous effectivement dramatisée, peut-être que ce que vous vivez actuellement ne nécessite pas un chamboulement total. Ou alors vous n’êtes pas prêt pour ce changement là (exemple, vous ne souhaitez pas changer votre mode de vie, vous tenez à continuer à fumer car vous y prenez plaisir et pour l’instant le plaisir que ça vous procure est supérieur aux inconvénients du tabac, pour vous).

Dans ce cas, réfléchissez et faites des choix. Rien ne vous oblige à passer d’une extrémité à une autre. Parfois, dans certains cas, cela s’impose (par exemple : vous souhaitez vous libérer de l’esclavage d’une addiction, à l’alcool ou à un autre produit) mais la plupart du temps vous pouvez nuancer et ajuster votre désir de changement, le modérer ou choisir de changer progressivement (pour maigrir par exemple, vous allez commencer par renoncer au goûter sucré de l’après midi mais vous décidez de continuer à aller au restaurant avec vos amis le samedi). Déterminez soigneusement ces objectifs et assurez-vous de leur écologie (cliquez ici pour en savoir plus sur l’écologie des objectifs).

Une fois que vous avez fait votre bilan, faites le ménage !

Vous avez pris vos décisions ? Vous avez fait vos choix ? Excellent. A présent vous devez passer à l’action ! Faites le ménage, videz la tasse pleine ! S’il s’agit d’une personne toxique, faites-la sortir de votre vie tout de suite et complètement. Ne gardez pas de liens avec une telle personne et évitez autant que possible les relations communes qui constituent encore un lien par lequel l’influence toxique pourrait encore vous atteindre. Ce n’est pas toujours facile à faire mais dans les cas les plus extrêmes, si vous étiez sous l’emprise d’un pervers narcissique par exemple, ça s’impose. Débarrassez-vous de tout ce qui vous relie à cet individu, faites le(la) disparaître littéralement de votre vie. Ne conservez pas chez vous des affaires ayant appartenu à cette personne ou des objets porteurs de souvenirs douloureux, autant que possible séparez-vous de tout ce qui vous relie encore. Evidemment si vous avez eu des enfants, ce sera plus compliqué mais essayez d’instaurer une relation froide et formelle.

Si vous êtes célibataire ou si vous souhaitez rencontrer un(e) nouveau conjoint(e), là encore faites-lui de la place ! Dans votre vie, dans votre cœur, certes… Vous ne faciliterez pas son arrivée dans votre vie en vous accrochant à vos anciennes amours. Si vous entretenez des rapports ambiguës avec certaines personnes, mettez fin à cela, préparez vous pour la suite. Et faites aussi de la place chez vous, dans vos placards, dans votre penderie, prévoyez de la place pour une autre personne dans votre salle de bain. Multipliez les actes symboliques qui vont vous préparer mentalement à recevoir ce que vous souhaitez.

Si vous souhaitez maigrir, faites de la place aussi, débarrassez vous de vos réserves de sucreries, achetez des légumes. Vous avez fait votre bilan, accepté les sacrifices qui s’imposent pour obtenir la silhouette désirée en contrepartie, alors maintenant que vous avez fait votre choix, concentrez vous sur votre objectif et ne le perdez pas de vue.

Si votre job vous est devenu insupportable, réfléchissez bien avant de vous décidez, prenez votre temps et prenez toutes les précautions et dispositions qui s’imposent pour assurer votre sécurité matérielle pendant une période suffisante pour vous permettre de faire une transition et d’en changer mais ne différez pas. Si c’est possible pour vous, essayer de négocier un arrangement avec votre employeur qui vous permette de bénéficier du chômage et d’amorcer une réorientation professionnelle. Calculez le montant de vos économies, êtes-vous prêt à les sacrifier s’il le faut pour faire cette transition ? Si vous prenez la décision de le faire, faites-le dès l’instant où cette décision est prise et battez vous pour atteindre votre but.

Dans la grande majorité des cas, vous ne réussirez jamais à obtenir ce que vous souhaitez sans faire de place, sans sacrifier quelque chose au départ. Il n’est pas possible d’aller de l’avant et vers l’avenir tout en s’accrochant à un passé mauvais pour nous “par sécurité” ou pour essayer de tout conserver. Vous n’y arriverez pas, vous risquez simplement de vous enliser dans du sur place dans une situation décevante ou dangereuse pour vous.

Si vous désirez vraiment changer, vous devez accepter l’idée de prendre un risque.

Vous vous dites : “Et si je lâche tout (mon emploi, mon conjoint toxique, mon mode de vie etc…) et que finalement je n’obtiens rien de bien intéressant en échange ? J’aurais tout perdu !! Et je ne pourrais pas revenir en arrière.” Oui ça fait partie du jeu. Vous devez accepter ça. Mais si vous avez bien conduit votre analyse, bien réfléchi à votre situation et pris tout le temps nécessaire pour déterminer votre/vos objectifs et faire votre choix, si vous savez exactement ce que vous voulez obtenir et quelle direction vous souhaitez prendre, il n’y a aucune raison que ça ne fonctionne pas pour vous. Aidez-vous de la méthode SMART.

Faites le saut qui va changer votre vie !

Alors allez-y : faites le saut qui va changer votre vie !

Et ne vous arrêtez pas en chemin ! Pour ne pas prendre le risque de tomber dans le vide, vous devez n’avoir aucune hésitation : vous prenez un bel élan, vous vous propulsez vers ce que vous souhaitez et vous y aller avec toute votre énergie. Oui, l’espace d’un instant vous serez suspendu au-dessus du vide et oui c’est intimidant mais vous connaissez vos capacités, vos forces, vous avez mesuré le travail à effectuer, la distance qui vous sépare de votre objectif et la faisabilité de votre projet avant de vous lancer, alors maintenant sautez ! Vous n’avez plus d’excuses.

Si la comparaison avec un saut dans le vide vous intimide trop, alors imaginez que vous devez faire un voyage assez long en voiture. Un voyage sans retour. Vous changez de vie, vous quittez un point A pour aller vers un point B. Entre les deux imaginons beaucoup beaucoup de km. C’est faisable mais c’est beaucoup. Vous allez partir, rouler, rouler… Vous serez fatigué, le voyage sera long et ennuyeux et donc vous devrez même vous arrêter faire des étapes pour dormir et vous restaurer.

A un moment donné, si vous vous arrêtez sur une aire de repos et que vous vous dites : “J’en ai marre maintenant, ce voyage est trop long et trop pénible, je suis épuisé(e) de vivre cette conduite sans fin sur ces autoroutes monotones. Et dire que je pourrais toujours être dans mon fauteuil et mes charentaises à regarder un bon film (avantages du passé) au lieu d’être ici avec le vacarme assourdissant des voitures qui passent, les stations service avec leur self service médiocre et leurs toilettes sales, et en plus qui me dit que j’arriverais un jour quelque part ? J’en suis même pas sûr ! Pourquoi faire tous ces efforts après tout, autant ne pas aller plus loin.

A ce moment là si vous vous laissez gagner par le découragement et les pensées négatives, si vous regardez derrière vous, vers le passé, vous allez rester là sur l’asphalte d’une aire de repos à sangloter, vous ne repartirez plus et votre vie sera encore plus triste et désespérante qu’avant ! Pas parce que vous n’étiez pas capable d’arriver à destination mais juste parce que vous n’avez pas eu le courage et la patience de faire toute la route. Ne soyez pas trop pressé. Laissez vous le temps d’atteindre vos objectifs et si besoin, octroyez-vous des prolongations.

Ne regardez surtout pas derrière vous ! C’est ainsi qu’Orphée a perdu Eurydice (l’histoire d’Orphée et d’Eurydice est ici). Ne laissez pas les doutes vous envahir et résistez à la tentation de regarder derrière vous comme l’a fait le héros tragique, ou pire d’essayez de revenir en arrière.

Utilisez l’hypnose et la PNL pour vous aider !

L’hypnose ou l’autohypnose si vous la pratiquez, ainsi que la PNL sont riches en outils pour vous aider dans votre démarche. N’hésitez pas à faire appel à eux, ils ont été conçus dans ce but. Ces disciplines vous aideront à soulager votre anxiété et vos peurs, à trouver le courage dont vous avez besoin pour changer, à tirer un trait sur le passé, à ne pas trop souffrir de la perte de ce que vous devez sacrifier et à mieux vous projeter vers l’avenir, un avenir que vous pourrez visualiser de façon précise et rendre plus tangible car plus il le sera plus vous aurez de chances de l’atteindre.

Alors renoncez au passé et marchez droit devant, bravement, vers votre but.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Véronique CHEYRIAS
Praticienne Hypnose Ericksonienne et Programmation Neuro Linguistique

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement votre livre d'auto hypnose

x