C’est quoi l’inconscient ?

L’inconscient, pour commencer par une lapalissade, je dirais que c’est tout ce qui se passe en dehors du champ de la conscience à un moment donné. Les éléments inconscients peuvent être de nature interne ou externe. Souvent associé à un contexte psychologique et à des difficultés, angoisses, peurs, désirs refoulés, à la base pourtant, l’inconscient est notre ami.

C'est quoi l'inconscient ?Notre cerveau est bombardé chaque seconde par deux milliards d’informations et il doit en traiter bien davantage pour satisfaire aux gestes les plus simples de notre vie quotidienne. Imaginez si nous devions avoir conscience du moindre de nos petites geste ou intention ? Si nous ne pouvions pas en automatiser une grande partie ? Nous ne pourrions plus vivre. C’est quoi l’inconscient ? C’est ce qui vous permet de conduire votre voiture automatiquement en pensant à votre liste de courses ou de faire du vélo sans réfléchir à chaque geste accompli pour garder l’équilibre et avancer, c’est accomplir un trajet connu les “yeux fermés”, c’est taper sur votre clavier sans le regarder ou jongler à toute vitesse… Votre inconscient vous aide à gérer toutes ces taches qu’il a mémorisées et automatisées, le plus souvent grâce à la répétition. Vous pouvez vous reposer sur lui et il vous aide à accomplir votre travail.

Votre inconscient est avant tout votre ami

Votre inconscient est donc avant tout un ami et un assistant qui est là pour vous soulager et vous simplifier la tache. C’est aussi un garde du corps ou plutôt un garde de l’esprit ! Malheureusement comme il apprend de la répétition et qu’il se base sur vos croyances personnelles qui, elles-mêmes peuvent être erronées pour construire des automatismes qui finissent par vous échapper totalement, à un niveau moins pragmatique, plus psychologique, il peut mettre en place aussi des stratégies qui vont vous conduire à un symptôme déplaisant ou à un comportement toxique. C’est lui qui va vous conduire au fast-food, poussé par une impulsion incontrôlable alors que vous savez bien que ça n’est pas bon pour vous, c’est lui qui va vous faire retourner dans ce bar pour célibataires où vous savez pourtant ne rencontrer que des dragueurs alors que vous cherchez votre âme sœur pour la vie… Vous savez tout ça, vous agissez tout de même. L’inconscient est responsable de ce comportement dont vous aimeriez bien aujourd’hui vous défaire mais il est important de bien comprendre qu’au départ, la démarche de votre inconscient était positive et destinée à vous aider. Elle l’est toujours. C’est à vous de lui dire que ce qui était peut être bon pour vous hier ne l’est plus aujourd’hui.

Parfois aussi notre inconscient nous pousse à accomplir des actes qui ne sont pas bons pour nous et ne l’ont jamais été mais lui il a vraiment cru nous protéger en mettant en place une stratégie spécifique. Car pour nous comprendre et s’adapter à nos besoins il est à l’écoute de nos émotions et de nos sensations essentiellement. L’inconscient ne rationalise pas. Si vous expérimentez toujours des émotions très négatives en lien systématique avec une personne ou une situation, l’inconscient va en déduire qu’il doit vous protéger de cette personne ou de cette situation qui sont mauvaises pour vous et il le fera coûte que coûte, s’il le faut même en construisant un symptôme physique sur mesure.

Un exemple d’intervention inappropriée de l’inconscient

Les symptômes sont parfois aussi physiques !

Je vais vous donner un exemple réel qui vous éclairera mieux que toutes les théories : une jeune femme a gardé le silence pendant 25 ans sur des secrets de famille. Elle a toujours préféré être elle-même jugée et condamnée plutôt que de révéler en public certaines vérités qui auraient été dévalorisantes pour une personne proche. Au bout de 25 ans, elle n’arrive plus à supporter de payer à la place de l’autre, cela d’autant plus que son silence lui fait endosser les fautes commises par autrui et que la personne protégée, loin d’être reconnaissante pour la protection et la discrétion, a pris confiance avec le temps et en a profité pour se valoriser elle-même et dévaloriser son ancienne victime.

A bout, la jeune femme alors, partage son histoire avec deux ou trois relations communes qui s’empressent de tout  répéter à l’autre. Il s’ensuit de très lourdes représailles. Classiquement, les personnes informées tournent le dos à la jeune femme, à la demande du coupable, pour préserver lâchement leur “amitié” avec cette personne qui est une relation parfois utile (professionnelle par exemple). Celui qui ne bénéficie plus du secret oublie le mal qu’il a effectivement fait au départ et en veut à sa victime si sa réputation est entamée, pourtant si sa réputation est égratignée c’est bien à cause de ses actes et non parce que sa victime a parlé… Pourtant lui va jouer les outragés et se plaindre de médisance. Il est possible que son entourage à lui, solidaire, en rajoute et tous ceux qui ont intérêt à garder avec lui de bonnes relations joueront son jeu : “Quelle vilaine fille d’avoir dit ça sur toi !” Chacun oublie les actes commis, on ne voit que la parole libérée…Et l’opprobre est jeté sur la victime qui a osé évoquer son histoire, ce qui est pourtant son droit… Celui qui a commis des actes odieux est absous, celui qui en parle est malfaisant ! Histoire ordinaire et banale de la loi du silence et de ce qui arrive à qui ose la briser.

Toujours est-il que face à ces réactions négatives et à toutes ces personnes qui lui tournent le dos et cessent de lui parler du jour au lendemain car elle a osé parler, la jeune femme ressent un profond sentiment d’accablement et d’injustice se dit : “J’aurais dû me taire. J’ai parlé et voilà ce qui m’arrive aujourd’hui c’est moi qui suis punie. X est intouchable et à chaque fois que je voudrais révéler la vérité sur cette personne j’aurais droit à des représailles. Je n’arrive plus à garder le silence sur ce que j’ai vécu et à protéger X mais je n’en peux plus de payer à cause de ses crimes.”

Que se passe-t-il dans l’inconscient de la jeune femme ? Il ne va pas rationnaliser ni raisonner ! L’inconscient ne fait pas ça lui. L’inconscient lui, il ressent. Tout est question d’énergie et uniquement cela. Ce que l’inconscient note c’est que la jeune femme vient de souffrir un traumatisme douloureux de plus car elle a parlé et en parlant, au lieu d’être reconnue comme victime, elle n’a fait qu’attirer sur elle la vengeance de son adversaire et les représailles de ses amis. Cette émotion est forte et puissante car ressentie comme profondément injuste et insupportable : je suis la victime et c’est encore moi qu’on punit ! Mais je ne veux plus couvrir la personne coupable. Parler est dangereux, très dangereux mais je ne veux plus me taire. Le lendemain elle se réveille avec une grosse tumeur douloureuse sur la langue ! Elle court consulter et on ne la rassure pas, ça pourrait être cancéreux, il faut faire des examens et il faudra sans doute opérer pour retirer la tumeur. Une telle opération sur la langue ne lui permettra pas de parler normalement avant un certain temps. Comme son travail exige de pouvoir discourir toute la journée, la patiente s’inquiète. Elle prend rendez-vous pour tous les examens classiques bien sûr mais, un peu fine mouche, tout de même elle décide de faire de l’hypnose. L’apparition de la tumeur est mise en relation rapidement avec l’aventure qu’elle vient de vivre, la communication est établie avec l’inconscient, elle le remercie d’avoir cherché à la protéger en l’empêchant de parler davantage. Elle lui explique que cette stratégie d’auto-protection n’est pas la meilleure et en cherche une autre avec lui. Par la suite, la tumeur disparaît aussi vite et étonnement qu’elle est arrivée et sans laisser de trace !

Votre inconscient adhère à vos croyances aidantes ou pas

L’inconscient ne remet pas en doute vos croyances. Comprenez bien ça ! Vos croyances peuvent être erronées, vous le savez, nous le savons tous, d’ailleurs vos croyances évoluent souvent au fil de votre vie et de vos expériences mais il arrive que votre inconscient continue à fonctionner comme il l’a toujours fait, en continuant à s’accrocher à vos croyances passées et à son fonctionnement ancien, même si vous, vous avez changé. Pourquoi ? parce que la communication entre le conscient et l’inconscient, si elle est possible, n’est pas favorisée au quotidien, elle manque de fluidité. Pour pouvoir nous adresser à notre inconscient nous devons utiliser des techniques particulières volontairement. Par ailleurs pour changer, il faut que les anciens comportements erronés intégrés par l’inconscient acceptent de s’effacer et de disparaître pour laisser la place à de nouveaux comportements mieux adaptés et désirés aujourd’hui. L’inconscient s’accroche à ses habitudes et il a tendance à revenir toujours au  chemin qu’il connaît.

Imaginez que vous nagiez depuis 30 ans de la même manière, vous ne connaissez qu’une seule façon de nager et vous nagez comme ça sans y penser. Un jour vous décidez d’acquérir une autre technique de nage, si vous avez essayé, vous savez que ça ne va pas venir tout seul : vous n’avez pas peur de l’eau, vous y êtes bien à l’aise, intellectuellement vous avez compris comment bouger, les gestes à faire et pourtant votre corps veut toujours revenir à l’ancienne nage. L’ancien fumeur qui a réussi à s’arrêter mais retrouve la gestuelle et les automatismes du fumeur qu’il était comprend de quoi je parle. Les personnes qui ont été obèses et deviennent minces, se voient parfois toujours grosses dans leur miroir (et cela en dehors de tout contexte pathologique). Cela arrive si le changement se produit sans la pleine et entière collaboration de l’inconscient. En pareil cas, l’efficacité du changement sur le long terme est d’ailleurs compromise.

Tout est question de stratégies

C’est vrai aussi pour tout comportement purement psychologique : être timide ou manquer de confiance en soi, par exemple. Au départ vous avez mis en place une stratégie, une méthode pour être timide ou manquer de confiance en vous. Cela vous paraît curieux ? Pourtant vous n’êtes pas né timide ou dépourvu de confiance. Interrogez-vous : avez-vous toujours été ainsi, même très jeune enfant ? avec tout le monde en toutes circonstances ? Est-ce que vous êtes timide lorsque vous dormez ou lorsque vous faites pipi Smile ? J’imagine que non. Si vous voulez vous défaire de votre timidité excessive, votre praticien vous demandera comment vous vous y prenez pour être timide car oui, vous avez mis au point une stratégie pour l’être. Il faudra repérer cette stratégie, passée au fil du temps dans votre inconscient et qui avec le phénomène de répétition permanent aura fait du petit sentier de votre timidité initiale une route de campagne et à la fin peut être une autoroute à quatre voies ! Cette autoroute c’est votre inconscient qui l’aura forgée pour vous aider et vous rendre service, en pensant bien faire. Par la suite il est toujours possible de décider d’emprunter un chemin de traverse plutôt que l’autoroute mais ça demande un réel effort.

Le petit chemin

Il faudra déterminer l’objectif que poursuivait cette stratégie inconsciente de timidité, ce qu’elle a pu vous apporter de bon à un moment donné et ce qu’elle vous apporte encore peut être aujourd’hui : bénéfices secondaires éventuels, protection contre une agression ou un risque réel ou fantasmé (la timidité favorise la fuite donc l’évitement et la confrontation à un risque supposé). Cette prise de conscience “rationnelle” sera un premier pas vers votre changement mais votre conscient qui raisonne communique peu et mal avec votre inconscient qui lui réagit instinctivement surtout lorsque l’habitude est ancienne et bien ancrée. Cela ne suffira donc pas pour changer. La bonne nouvelle c’est que votre inconscient est intelligent, si vous lui parlez dans son langage, calé sur le bon canal, il comprendra et comme il veut votre bien, il acceptera de collaborer avec votre conscient pour vous aider. L’hypnose vous aide à mettre en place cette communication.

Si vous ne vous adressez pas directement à votre inconscient, si vous essayez de changer en vous fiant uniquement à votre raison et à votre bonne volonté, ça pourra fonctionner dans un premier temps si vous êtes déterminé te tenace mais le risque de retomber dans l’ancienne stratégie est important. L’intérêt de vous adresser à votre inconscient c’est que vous allez travailler ensemble dans le même but et vous soutenir mutuellement.

Pour prendre un autre exemple courant, si vous êtes obèse parce que vous avez peur des relations affectives et éventuellement de la douleur qui pourrait s’y associer, votre inconscient a fini par intégrer le message suivant (par exemple) : “Avoir une relation amoureuse est dangereux, ça fait mal, ça fait souffrir, j’ai déjà beaucoup souffert je ne veux plus que ça m’arrive”. Cette croyance est passée dans votre inconscient, suite à quelques échecs amoureux douloureux, vous n’y pensez plus du tout consciemment aujourd’hui mais elle est toujours là. Si vous pensez, en plus, qu’avoir une silhouette alourdie peut vous empêcher de séduire et d’avoir de nouveau une relation amoureuse (c’est une croyance mais elle est fort répandue, ce qui lui donne sa force n’est pas la réalité de son impact mais bien la foi que vous avez), il est fort possible que votre inconscient utilise ce symptôme pour vous protéger de ce qu’il pense être dangereux pour vous. Vous pourrez multiplier les régimes et les séances de sport, vous grossirez et resterez gros afin que cette graisse vous protège du danger.

Aujourd’hui, vous pouvez avoir sincèrement envie de vous lancer dans une nouvelle relation amoureuse, vous ne souffrez plus, vous vous sentez prêt(e) mais rien à faire ! Pour vous en sortir, il faudra envoyer une équipe de voirie mentale dans votre inconscient pour détruire la route qui cherche à vous éloigner des relations amoureuses et reconstruire à la place une autre route toute neuve qui va les favoriser, ensuite vous devrez emprunter cette route pour lui donner la force de l’ancienne et reconstruire de nouveaux automatismes plus bénéfiques pour vous. Si vous avez associé un problème de poids à cette problématique (ce n’est qu’un exemple, ça peut être autre chose bien sûr) il faudra aussi travailler sur ses croyances là.

Avec l’hypnose et la PNL l’exploration du passé est facultative

Les techniques de l’hypnose et de la PNL peuvent vous aider à sortir de vos blocages et à générer un changement sans même savoir forcément comment vous vous y êtes pris pour le faire. Après tout, avant de vous intéresser à l’hypnose et à l’inconscient, aviez-vous commencé à soupçonner comment vous avez mis en place vos stratégies de vie négatives ? Comment vous y prenez vous pour être trop gros ? timide ? complexé ? colérique ? peureux ? Comment vous y prenez vous pour rencontrer toujours le même type d’hommes ou de femmes dans votre vie sentimentale, qui ont tous un profil similaire et des points communs et vous font revivre inlassablement la même histoire ? Au début, vous invoquez le hasard, vous dites : “Je tombe toujours sur tel ou tel type d’individu, je n’ai pas de chance !” et puis au bout d’un certain nombre de relations similaires, ça devient suspect et vous comprenez que ça dépasse le champ du seul hasard et pas de chance… Votre inconscient est certainement derrière tout ça. La plupart du temps vous ignorez comment vous vous y êtes pris pour mettre en place ces stratégies qui vous apparaissent aujourd’hui comme mauvaises pour vous mais que votre inconscient lui a cru salutaires à un moment donné pour vous-même. Vous n’avez pas eu besoin de savoir ce que votre inconscient mijotait en secret pour mettre en place ces stratégies là, vous n’avez pas davantage besoin de savoir comment il va s’y prendre à présent pour vous en sortir.

Devez vous aujourd’hui absolument comprendre comment elles se sont mises en place, à votre insu le plus souvent pour les résoudre ? Non pas avec l’hypnose et la PNL et c’est toute la beauté de la chose. Vous n’avez peut être pas envie d’aller fouiller dans la boue ni de faire remonter des souvenirs déplaisants, douloureux et même parfois traumatiques. Vous n’avez pas à faire ça. Ce genre de travail est à laisser au psychanalyste si vous voulez vous lancer dans une longue et profonde exploration de vous-même. D’ailleurs l’un n’empêche pas l’autre et je ne critique aucune technique d’aide. Je dis seulement que si vous voulez changer rapidement, l’analyse n’est pas le moyen le plus approprié, votre spécialiste ne vous dira pas le contraire.

Votre inconscient a été capable de gérer absolument tout seul et sans votre aide pour mettre en place des stratégies qui, sur le coup lui paraissaient bonnes pour vous, mais qui ne le sont plus. Il ne vous a pas consulté et n’ a pas interrogé votre conscient à l’époque pour faire tout ça, il a agit seul, croyant bien faire. Aujourd’hui si vous communiquez avec votre inconscient, grâce à l’hypnose, vous pouvez le remercier d’avoir fait tout ce qu’il a pu pour vous aider à un moment donné (n’oubliez-pas : votre inconscient est une partie de vous même, c’est votre ami, pas un ennemi à combattre ! soyez indulgent(e) avec vous-même !) lui expliquer que ces stratégies ne sont plus appropriées aujourd’hui, rassurez-le,  dites-lui ce que vous aimeriez à la place et ensuite faites-lui confiance ! ne vous demandez pas comment il va s’y prendre pour provoquer le changement ! Il sait ce qu’il a à faire et il le fera seul, à sa manière. Il est possible et même nécessaire de garder un pont libre et ouvert entre le conscient et l’inconscient pour que les deux puissent communiquer mais il faut laisser à l’inconscient son mystère et lui faire confiance. Son intention est toujours bonne.

Rester à l’écoute de son inconscient

Rester à l’écoute de notre inconscient est encore le meilleur moyen de favoriser la communication quotidienne régulière avec lui et de découvrir ce qu’il est. Il ne faut pas attendre d’être la proie d’une problématique compliquée ou trop ancienne, il ne faut pas attendre que les choses se dégradent pour écouter ce qu’il a à nous dire. De plus les messages que l’inconscient nous adresse ne sont pas forcément des avertissements et des alarmes négatives. L’inconscient peut aussi s’adresser à nous pour nous guider et nous aider à faire les meilleurs choix pour nous. En hypnose, l’inconscient prend parfois la forme personnifiée du “guide intérieur” (si cette représentation, purement symbolique, convient au sujet). En hypnothérapie nous pouvons nous mettre particulièrement à son écoute mais déjà au quotidien, avec un peu d’attention, nous pouvons noter les signes qu’il nous envoie.

Pourquoi faut-il être attentif aux signes envoyés par l’inconscient ?

Car une petite partie seulement de nos ressources, capacités et créativité demeure dans le conscient. En réalité, nous estimons que 90 % de ce que nous pensons et faisons réside dans l’inconscient. Nous ne sommes conscients que de 10 % du processus. C’est certainement ce qui a longtemps popularisé l’idée (du coup à la fois vraie et fausse) que nous n’exploitions que 10 % des capacités de notre cerveau. Etre à l’écoute de son inconscient c’est se donner une chance d’élargir ses capacités et compétences, de trouver plus d’idées, plus de solutions et plus de ressources pour résoudre un problème ou aller dans la direction que l’on désire.

Nous l’avons vu ici  dans l’article : Piloter votre vie, pourquoi c’est important, il est indispensable de prendre ou rependre le contrôle de notre vie car l’inconscient est un peu notre pilote automatique. Même si la technologie est sophistiquée, elle ne remplacera jamais totalement l’intervention humaine qui doit être capable de faire les réajustements qui s’imposent au besoin.

Comment recevoir les messages que nous envoie l’inconscient en dehors des séances d’hypnose volontaire ?

– par le rêve, c’est la voie royale. N’hésitez pas à tenir un journal de vos rêves. Si vous ne parvenez pas à vous souvenir de vos rêves au début, ne vous découragez pas, persistez, plus vous allez penser à vos rêves et les noter plus vous en garderez le souvenir. Au réveil, ne vous levez pas brutalement, gardez votre position, si vous en avez changé alors que vous vous souvenez que vous étiez en train de rêver, reprenez la position physique que vous aviez dans votre lit pendant le rêve, ça suffit bien souvent à faire revenir les souvenirs de celui-ci !

– par les signes et les coïncidences significatives, les séries, les synchronicités (voir les travaux de Carl Gustav Jung, très vaste sujet sur lequel nous aurons l’occasion de revenir)

« Une synchronicité apparaît lorsque notre psychisme se focalise sur une image archétypale dans l’univers extérieur, lequel comme un miroir nous renvoie une sorte de reflet de nos soucis sous la forme d’un événement marqué de symboles afin que nous puissions les utiliser. Nous nous trouvons face à un « hasard » signifiant et créateur». Ma Vie C.G. Jung

– par le symbolisme

– par les lapsus (analysez vos lapsus, ils nous apprennent toujours beaucoup surs nous-mêmes) et les actes manqués, l’acte manqué pouvant parfois aller jusqu’à l’accident, d’ailleurs la sagesse populaire ne s’y trompe pas puisque souvent on fait une mise en garde aux personnes qui se fatiguent trop, tirent sur la corde ne se reposent ni se s’écoutent pas et on leur dit “Tu vas finir par avoir un accident” ce qui montre que le lien entre le mental enfoui et refoulé et les événements en apparence extérieurs et liés au hasard n’a rien de nouveau

– par des symptômes physiques impromptus non liés à une maladie chronique (voir l’exemple de la tumeur sur la langue dans l’exemple cité au début de cet article)

L’inconscient trouvera toujours une voie pour se manifester. En étant à l’écoute de ses messages, nous pouvons en faire un allié précieux qui nous épaulera tout au long de notre vie. Si nous l’ignorons, il fera ce qu’il pourra pour nous, seul dans son coin mais nous prenons alors le risque de développer des symptômes ou des schémas qui ne nous plairont guère.

Photos : Dream Again, Just Marti ; Le petit chemin, Pascale Royer

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages
  • 12
  •  
  •  
Véronique CHEYRIAS
Praticienne Hypnose Ericksonienne et Programmation Neuro Linguistique

5 Comments

  1. Wouah ! Merci pour cet article très riche et extrêmement bien détaillé. Je connais et pratique l’hypnose depuis des années, tout d’abord avec un thérapeute puis en auto-hypnose. Personnellement, j’apprécie de faire “remonter” le souvenir traumatisant en état d’hypnose, afin de ne pas être impactée par les charges émotionnelles liées tout en permettant à mon conscient de l’identifier et de le reconnaître. J’ai trouvé, avec le temps, que ce processus fonctionnait mieux sur moi pour désamorcer les comportements et les stratégies qui me desservaient. J’aime l’idée que le conscient et l’inconscient travaille main dans la main pour aller vers un mieux être global.

    1. Bonjour Aby, oui l’autohypnose est un outil précieux car, – en principe ! – nous acceptons de nous dévoiler devant nous-mêmes (mais, mais… pas toujours 🙂 pas pour tout le monde ) et comme tu pratiques tu connais les techniques qui permettent de revivre les souvenirs sans douleur. Il est certain qu’il faut essayer d’harmoniser aux maximum les différentes parties de nous-même.

  2. Bonjour Véronique

    Un grand merci pour cet article, très très complet.
    L’inconscient est une formidable machine, et c’est sûr qu’on le maitrise pas tout le temps.

    Certains indicateurs nous aident à l’entrevoir.
    Croire ou ne pas croire en lui, et il revient vers vous au galop pour vous rappeler qu’il est là, avec ou sans vous.

    Je reviens sur l’exemple de la timidité.
    Dans mon article Coup de Gueule : https://www.papa-et-patron.fr/non-mon-enfant-nest-pas-timide/, j’exprime aussi que ça vient des parents, qui ont sans doute un inconscient fort. Je pense qu’il a été formatté par les personnes et familles autour.

    Qu’en penses-tu ?

    Evan

    1. Bonjour, merci pour ton commentaire. Oui bien sûr tu as raison, nous sommes tous la proie de conditionnements multiples. Nous en avons subis (nos propres parents, entourage, milieu social…) nous en subissons encore et nous en produisons aussi sur les autres et sur les enfants qui sont si sensibles. Nous ne pourrons jamais maîtriser tout complètement et atteindre une totale lucidité (et c’est tant mieux, l’inconscient est aussi là pour ça ! il nous protège, c’est son rôle) mais nous devons au maximum essayer de repérer nos programmes et schémas négatifs afin d’éviter d’en souffrir encore et encore et de les reproduire, d’en faire un héritage empoisonné pour les générations suivantes en effet. Tu évoques la timidité, c’est un excellent exemple mais lorsqu’on parle d’avenir professionnel de l’enfant, il y a aussi un programme inconscient terrible qu’on offre sans s’en rendre compte ! le conditionnement social, la certitude que si on vient d’une famille d’ouvriers ou de petits employés par exemple, notre enfant ne pourra pas en sortir. Même si on lui paye les meilleures études, même si consciemment on l’encourage à aller le plus loin possible, si nous avons pas pu nous libérer de ces croyances limitatives enfouies en nous, nous risquons de les lui transmettre et de compromettre ses chances de réussite future. Communiquer avec nos inconscients c’est donc pour nous mais aussi pour les autres, une question de responsabilité.

      1. Bonjour Véronique. Je te remercie de ce message. J’apprécie la vision que tu donnes sur la part de l’inconscient.

        Les croyances limitatives, le poids de l’inconscient collectif et familial sont autant de moules où l’on endort nos enfants, pour leurs futurs.

        Il est bien souvent difficile de s’en sortir nous, les parents, et pourtant le faire pour le bien de nos enfants, pour le bien de nos entreprises, c’est un premier pas vers la guérison, et vers l’ouverture des possibilités ! 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement votre livre d'auto hypnose

x