7 bonnes raisons pour maigrir avec l’hypnose

Maigrir avec l'hypnose ?Maigrir avec l’hypnose ? Est-ce bien possible ?

S’il y a bien une application de l’hypnose qui attire, qui fascine et qui suscite le doute et la méfiance c’est celle-là ! L’hypnose peut-elle réellement aider à perdre du poids ? Peut-on vraiment maigrir avec l’hypnose ? De toutes ses applications pratiques, en thérapie, c’est bien celle qui attire le plus et fait rêver. On se prend à imaginer qu’il suffit de se laisser hypnotiser pour enfin réaliser ce grand rêve collectif : maigrir sans régime et sans effort.

Pourquoi, tout d’abord, penser à l’hypnose lorsqu’on souhaite maigrir ? La réponse est simple. De nombreuses personnes ont bien évidemment commencé par tenter la méthode la plus simple, la plus évidente, celle qui vient à l’esprit en premier : le régime. Les régimes fonctionnent pour certains, plus ou moins bien, mais ils fonctionnent. Celui ou celle qui a résolu son problème ainsi n’ira pas chercher plus loin. En revanche, si les méthodes traditionnelles n’ont pas fonctionné pour vous ou se sont révélées décevantes, pourquoi ne pas tenter l’hypnose en accompagnement parallèle à un mode de vie sain ?

L’hypnose fait-elle maigrir ? Si vous pensez qu’il suffit de vous installer dans un fauteuil, fermer les yeux, écouter passivement la voix de votre hypnothérapeute et qu’ensuite vous allez perdre deux kilos par semaine sans rien changer à votre vie et à vos habitudes, la réponse est : non. Si vous comprenez que la démarche de vouloir maigrir s’inscrit, comme n’importe quel autre objectif que vous souhaiteriez atteindre, dans le cadre de tout un processus de changement et que vous êtes prêt à participer activement et volontairement à ce processus de changement, alors la réponse est oui. Incontestablement.

1.Les régimes seuls ne marchent pas toujours

Pourtant, combien de personnes ont-elles tenté les régimes pour en revenir, déçues ? Il y a ceux qui font fait de multiples régimes, ont perdu du poids, l’ont repris et tous ceux qui connaissent le fameux effet yoyo”, bien connu qui consiste, après un régime couronné de succès à reprendre tout le poids perdu. Voire plus. Il y a ceux qui les ont tous essayé et dieu sait qu’il y en a mais au final, le poids revient toujours. Au bout d’un certain nombre d’années de régimes incessants, le corps s’adapte. Il s’habitue aux privations et ça ne fonctionne plus aussi bien qu’avant. Perdre et reprendre beaucoup de poids modifie le rapport masse maigre/masse grasse, même si vous ne reprenez pas plus de poids qu’avant votre dernier régime, même si vous vous contentez de revenir à votre poids initial votre silhouette sera plus lourde, plus grasse. En effet, nous le savons tous, lorsque nous perdons du poids, surtout si nous suivons un régime sans faire aucune activité physique et sportive, nous perdons d’abord et essentiellement de la masse musculaire et un peu de graisse. En revanche, lorsque nous reprenons le poids perdu, nous reprenons essentiellement de la graisse.

Enfin il y a les personnes qui n’obtiennent que peu ou pas de résultat en modifiant leur alimentation. Faites-vous partie de ceux-là ? Vous mangez raisonnablement et de manière équilibrée, vous choisissez vos aliments avec soin, vous limitez les excès de graisse, de sucre, les boissons caloriques, vous bougez et pourtant rien n’y fait, vous conservez un excès de poids. Si le problème n’est pas dans votre assiette, et ça vous seul(e) le savez, alors il est ailleurs ! Cela parait évident.

Cette vieille règle qui dit que le poids est une simple question de calcul et de rapport entre les calories consommés et dépensés fonctionne peut-être dans bien des cas et pour de nombreuses personnes mais s’en tenir à cette seule et unique règle est plutôt simpliste. Du point de vue physiologique pur, nous savons déjà que ce n’est pas toujours vrai : il y a des maladies qui maintiennent en surpoids, il y a des traitements médicaux qui favorisent une prise de poids rapide et importante. Qui n’a jamais entendu parler des effets d’un traitement à la cortisone intensif sur la ligne ? Il y a beaucoup de mauvaise foi à vouloir associer systématiquement prise de poids et abus alimentaires.

L’hypnose peut vous aider à suivre et maintenir, non pas un régime amaigrissant, qui par définition provoque souvent la reprise des kilos perdus dès qu’il est terminé et que les anciennes habitudes reviennent, mais un nouveau mode d’alimentation, plus sain, qu’il vous faudra garder à vie. Les scientifiques ont constaté qu’une nouvelle habitude mettait à peu près un mois à se mettre en place et à se fixer (Pour en savoir plus, cliquez ici et ici ) . Vous avez 30 jours un peu difficiles à tenir, si vous avez pris de bonnes habitudes alimentaires durant cette période, suivi un programme diététique raisonnable et pas trop frustrant, il vous sera facile de le poursuivre après et de le conserver pour la vie. Pour tenir le coup durant ces 30 premiers jours, quelques séances d’hypnose pourront être d’une aide considérable, à la fois pour tenir le coup et ne pas craquer et pour favoriser les résultats (perte de kilos) qui renforceront votre motivation.

Si vous suivez un traitement médical qui favorise la prise de poids, l’hypnose pourra vous aider en jouant sur le mécanisme qui entre en ligne de compte (par exemple : la rétention d’eau , l’influence sur l’appétit etc.…), vous pourrez alors à la fois suivre votre traitement médical correctement, tel que recommandé par votre médecin, et, limiter au maximum les effets déplaisants qu’il serait susceptible de provoquer.

Si vous souffrez d’un dérèglement hormonal, là encore, en parallèle à votre suivi et/ou traitement médical classique, il sera possible d’intervenir grâce aux suggestions hypnotiques.

2. Parce que la méthode violente et la culpabilisation ne font qu’aggraver le problème

Culpabiliser les personnes qui grossissent ou les accuser de ne pas faire ce qu’il faut ou de mentir sur ce qu’elles mangent, ne les aidera certainement pas ! La personne qui a souffert de moqueries et quolibets à cause de son poids, parfois depuis l’enfance et jusqu’à l’âge adulte, ne peut pas s’épanouir ou aller mieux dans de telles conditions. Elle aura plutôt tendance à se renfermer, à se cacher et à fuir la compagnie. Elle devient hypersensible et s’attend toujours à être méprisée, cataloguée, jugée ou agressée à cause de son poids. Les méthodes de soutien ou d’aide destinées aux personnes en surpoids qui essaient de jouer sur la honte et d’augmenter les complexes du sujet dans le but fumeux de provoquer une réaction salutaire sont, en réalité, extrêmement toxiques.

Les mentalités changent tout doucement mais la maltraitance des personnes qui ne parviennent pas à maigrir existe encore. Il y a encore dix ans, un célèbre groupe qui propose toujours aujourd’hui des programmes alimentaires, un suivi et une aide à la perte de poids collective pratiquait encore l’humiliation collective lors de leurs réunions hebdomadaires ! Les personnes qui n’avaient pas maigri durant la semaine étaient pesées devant tout le monde et le groupe tout entier était encouragé à les huer ! Comment peut-on imaginer aider en ajoutant un traumatisme de plus à une personne qui est déjà en souffrance ? Et il était inutile pour les personnes concernées d’essayer de dire que pourtant elles avaient bien suivi le programme, celui-ci était supposé être infaillible et donc en plus de passer pour faibles on les accusait de mentir. Heureusement ce genre de pratique se raréfie et de nos jours, il est plus communément admis que la perte de poids, pour certains en tous cas, n’est pas uniquement liée à ce qui est consommé.

Ce n’est pas comme si le pouvoir de l’esprit sur le corps n’avait pas été prouvé maintes et maintes fois !

En hypnose, si vous faites appel à un praticien, parlez d’abord avec lui et évaluez sa façon de voir et considérer les problèmes de poids, essayez de connaître sa perception personnelle de cette problématique. Un thérapeute, en dépit de sa formation, reste tout de même un individu et un humain qui a ses propres convictions. Assurez-vous donc d’être en phase avec lui. Un professionnel ne doit pas être dans le jugement, il sera capable de faire preuve de compréhension et de bienveillance vis-à-vis de ce que vous allez lui confier.  Il va analyser l’ensemble de votre situation dans son contexte et ne pas voir simplement en vous une personne qui ne sait pas se réguler. Il est habitué à la complexité des situations et aux différentes causes et origines qui peuvent conduire au type de problème que vous rencontrez, vous ne serez pas considéré(e) comme une personne faible et sans volonté qu’il faut “secouer”. Si c’est le cas fuyez ! Ne vous laisser pas maltraiter. Vous méritez d’être traité(e) avec douceur et respect.

3. Parce que vous savez tout ce qu’il faut faire et que vous n’êtes pas plus avancé(e)

Le manque d’information n’existe plus. Nous disposons de milliers de livres sur comment perdre du poids grâce à une bonne gestion de l’alimentation et/ou à la pratique du sport, nous avons avec internet accès à une source illimitée d’informations, de régimes, de programmes, de recettes minceurs, de témoignages, de conseils médicaux, de résultats d’études scientifiques…

Il n’est pas question ici de dire que l’alimentation et le sport ne comptent pas. Bien sûr, il est important de se dépenser et de manger sainement mais de nos jours, il n’est plus une seule personne dans les pays riches et industrialisés qui ne dispose pas de la totalité de l’information sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour éviter l’excès de poids, être en bonne forme physique et éviter l’obésité. Que nous souhaitions ou pas recevoir cette information elle nous est matraquée constamment, de gré ou de force. Objectivement, qui ignore encore aujourd’hui qu’il vaut mieux manger des légumes et des fruits que des burgers et des frites grasses pour se donner le maximum de chance d’être mince et bien ?

Tout le monde a l’information. Alors soit on ne met pas en pratique ce que l’on sait, ou on obtient des résultats peu durables et décevants, comme l’effet yoyo évoqué plus haut, soit on obtient pas, avec les régimes et le sport, les résultats que l’on nous promet. Vous pouvez aussi essayer de trouver des sources d’information alternatives qui tiennent compte du comportement alimentaire tout en intégrant aussi tout ce qui existe autour : le pouvoir des habitudes, des émotions, le “poids” du quotidien mal géré… (voyez ici par exemple).

Faire toujours plus de ce qui ne marche pas aboutira à quoi selon vous ? au mieux, à rien, au pire à l’aggravation de vos difficultés. Alors si faire régime sur régime ne vous avance à rien, demandez de l’aide !! Si les stratégies classiques ne fonctionnent pas pour vous, essayez autre chose. Commencez par aller voir votre médecin afin d’éliminer toute éventuelle cause médicale. Nous n’y pensons pas toujours mais il faut toujours commencer par là. Vous devez d’abord être sûr et certain que tout va bien du point de vue physiologique, si ce n’est pas le cas, votre médecin vous donnera un traitement approprié. Et vous pourrez tout de même utiliser l’hypnose en parallèle. Si votre médecin vous déclare en parfaite santé du point de vue physique, alors il y a de fortes chances que les origines de votre trouble se situent dans votre esprit et là nous sommes en plein dans le domaine de prédilection de l’hypnose !

4. Parce qu’il faut une méthode qui s’adapte aux objectifs de chacun

Il y a aussi la question des objectifs ? Combien de kilos souhaitez-vous perdre ? Ce n’est pas la même chose de vouloir perdre 3 ou 15 kilos, la méthode ne peut pas être identique pour tout le monde. Le régime X qui a formidablement bien marché sur votre collègue de bureau n’est peut-être pas du tout approprié à votre cas. Le programme alimentaire et sportif devrait être personnalisé pour chaque personne. Certes, tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir les services de coaches alimentaires ou sportifs individuels mais vous pouvez déjà consulter votre médecin ou un diététicien pour adapter votre programme alimentaire et pour le sport, si vous vous inscrivez dans une salle de sport à taille humaine (évitez les grandes chaînes en libre service), la plupart du temps vous avez droit à des conseils et un suivi personnalisés, compris dans le prix de votre abonnement annuel. N’hésitez pas à en profiter.

Lorsque vous demandez à un praticien de vous aider à maigrir par l’hypnose, il prendra tout le temps nécessaire pour vous écouter, déterminer avec vous votre objectif précis (combien de kilos à perdre en en combien de temps) et identifier avec vous les causes de votre problème, il fera le bilan de vos ressources, de ce qui marche pour vous, qui a déjà marché et de vos difficultés, de ce qui fait qu’à un moment donné ça ne fonctionne pas ou plus. Prenez-vous du poids toujours dans les mêmes circonstances ? si oui lesquelles ? Vous arrive-t-il d’en perdre plus facilement parfois et si oui dans quel contexte ? Votre praticien fera avec vous un bilan très poussé de la situation et votre programme sera fait sur mesure pour vous, pour éloigner les sources de danger, favoriser ce qui vous aide à l’inverse, et tout ça afin de vous donner toutes les chances de réussir.

5. Parce que vous devez commencer par vous accepter

La génétique et la morphologie ne sont pas modifiables

La critique que l’on peut faire dans les conseils minceur qui sont habituellement donnés c’est que justement ils sont standardisés et destinés à tous. Vous allez acheter par exemple un livre qui vous présente le régime X. Ce régime est le même pour tous ceux qui vont le suivre mais chaque personne est unique et personne n’a les mêmes besoins.

Il faut aussi accepter les limites de ce que la nature nous a donné. Aujourd’hui, c’est très difficile c’est vrai. La télévision, le cinéma, les revues, internet, la mode, tous nous bombardent d’images qui représentent un idéal de minceur à atteindre. Et cet idéal ne correspond pas du tout à la nature physique de la grande majorité des gens. Les mannequins féminin sont exceptionnellement grandes, elles sont choisies pour le caractère complètement hors normes de leur silhouette et de leur ossature et comme si ça ne suffisait pas elles doivent en plus s’affamer pour n’avoir que la peau sur les os puisque c’est ce qu’on exige d’elles si elles veulent travailler. Régulièrement, nous lisons dans la presse que telle ou telle jeune fille mannequin est morte des suites de son anorexie. Plus souvent encore tel ou tel défilé de mode suscite la polémique car la maison de couture est allée très loin dans la maigreur des modèles et même dans ce milieu, les côtes apparentes, les genoux saillants et les joues creuses réussissent à choquer. On en parle pendant deux ou trois jours, puis on oublie et on se met soi-même au régime… pour ressembler à ces modèles anormaux.

Nous avons tous des natures différentes : il existe des différences de morphologie, de taille et aussi de métabolisme. Le problème aujourd’hui c’est que la différence est combattue, il faut répondre et correspondre à un standard. Si vous êtes une petite méditerranéenne de 1,55 m, avec un bassin large, vous ne ressemblerez jamais à un mannequin nordique ou somalien de 1,80 avec des hanches de garçonnet, quels que soient les efforts et les folies que vous pourrez faire pour atteindre ce but, vous pourrez même devenir très maigre, vos os ne vont pas changer de forme, vous ne leur ressemblerez jamais.

Acceptez-vous, voilà la première étape pour maigrir

La première étape pour maigrir en dehors des régimes est donc celle-là : s’accepter. Cela parait paradoxal et pourtant c’est bien par là qu’il faut commencer. Oui c’est sans doute l’étape la plus difficile à franchir et la plus frustrante. Il faut accepter de faire le deuil une fois pour toute du moi rêvé et fantasmé qui pourrait correspondre aux canons parfaits des magazines. Outre le caractère exceptionnel des modèles, nous savons tous aujourd’hui que les photographies parfaites des journaux sont truquées et retouchées, les jambes sont encore allongées à l’extrême, la cellulite effacée… Au final nous rêvons devant des photos de créatures extra-terrestres qui n’existent même pas, nous nous torturons pour atteindre ce qui est juste impossible et parfois nous y laissons notre santé, mentale ou physique.

Commencer à travailler sur la question du poids autrement qu’en faisant une fixation sur l’assiette c’est aussi ça : accepter qui on est et ce qu’on est. Il faut commencer par accepter l’hérédité qui est la nôtre, les gênes que nous avons, le métabolisme plus ou moins paresseux ou vif et la forme de notre squelette.

La pression sur les femmes et de plus en plus sur les hommes est si forte que le cabinet des chirurgiens esthétiques ne désemplit pas ! Si le régime ne marche pas ou pas assez, alors la chirurgie paraît indispensable. Dans un société où cela est devenu si courant, résister est difficile. La chirurgie esthétique ne sait pas encore modifier complètement et de façon drastique le squelette des femmes, puisque elles sont essentiellement les victimes de cette dictature du corps, sinon bien évidemment il y aurait des demandes, de plus en plus et il serait alors difficile pour celle qui souhaite rester naturelle de rivaliser dans une société ou tout le monde est passé par le bistouri, rendu normal et obligatoire.

Voyons les dérives qui existent dans certaines autres pays comme le Japon par exemple. Au Japon pour trouver un emploi, chacun sait qu’il faut être beau car la compétence ne suffit pas, faire toutes les opérations nécessaires pour avoir la beauté qui favorisera un recrutement est devenu là-bas aussi normal et nécessaire que le fait de se présenter à un entretien d’embauche propre et bien habillé chez nous.

Si la mode ou les critères de séduction exigeaient que tout le monde ait la peau ou les cheveux de telle ou telle couleur, nous hurlerions tous à la discrimination et au racisme. Et nous aurions raison bien sûr. C’est pourtant exactement ce qui se produit avec les exigences de minceur. Pourquoi cela ne choque pas autant. Il faut être mince et le racisme anti-gros(se) est une réalité. Que disons-nous d’un noir qui cherche à avoir la peau blanche ou d’une européenne aux cheveux fins qui fait des folies pour avoir une crinière de type afro, quitte à compromettre leur santé en utilisant des produits dangereux pour atteindre leur but ? Nous les traitons de fous. Pourtant prendre tous les risques pour être mince ne paraît pas fou, c’est même normal. C’est ne pas chercher à maigrir à tout prix qui n’est pas normal, voire considéré comme pathologique.

Lorsque je parle d’acceptation, je ne suis pas en train de dire que si vous êtes obèse, vous devez à tout prix l’accepter et rester tel que vous êtes. C’est une question de raison et d’équilibre à rechercher. Nous sommes tous surinformés, nous l’avons vu, alors les dangers de l’excès de poids, bien réels, nous les connaissons aussi et si cet excès de poids est véritable, alors vous devez faire quelque chose pour le faire diminuer. Combattre l’obésité est une question de santé publique. Condamner à une forme de rejet social et de mépris ceux qui, même sans être gros au sens propre, n’ont pas une silhouette parfaite et idéale est de l’eugénisme dangereux. C’est nous diriger vers un monde où tout le monde se ressemblera, tous identiques, grandes, maigres et impersonnels, un peu comme les représentations que l’on fait souvent des extra-terrestres. Certains parmi les ufologues d’ailleurs nous disent que ces créatures ne seraient rien d’autre que notre propre espèce dans le futur, après des millénaires d’évolution et une fois adaptés à une autre planète. Théorie intéressante pour ce qui est de la projection évolutionniste en tous cas…

L’hypnose plutôt que le bistouri

Alors l’hypnose n’est pas, ne sera jamais la baguette magique qui pourra changer votre génétique et vous faire devenir un autre personne. En revanche l’hypnose pourra réellement vous aider à accepter certaines choses, à travailler sur votre image et la perception que vous en avez, elle vous donnerez les moyens d’accepter ce que vous ne pouvez pas changer. Avec l’hypnose, vous pouvez apprendre à vous aimer, à aimer ce que vous êtes et à affirmer votre personnalité, vos particularités, vos différences, vous pourrez cesser de vouloir ressembler au modèle standard pour devenir une œuvre unique, la meilleure version de vous-même.

Même lorsqu’il s’agit de vous aider à maigrir, l’hypnose est un outil de résistance. C’est un acte fort. En choisissant la lucidité, en choisissant de contrôler votre esprit et de conduire vous-même votre vie, vous reprenez les commandes et vous dites non aux diktats et aux conditionnements sociaux et commerciaux. Libérez-vous des conditionnements !

6. Parce que vous n’avez peut-être pas besoin de maigrir !

Vérifiez donc d’abord que vous êtes vraiment en surpoids. Votre poids idéal de santé ne correspond pas toujours à votre poids rêvé et fantasmé en tant qu’idéal esthétique. Nous avons tous envie d’être plus beaux mais être en bonne forme physique et en bonne santé est un objectif qui doit primer sur la recherche de la perfection. Nous connaissons tous une personne, à moins que nous ne soyons personnellement concerné, qui à force de rechercher l’impossible et de vouloir dépasser sa propre programmation pondérale a sombré dans l’anorexie ou autre trouble alimentaire. Les scientifiques ont découvert que nous sommes programmés pour faire un certain poids et toute notre vie durant, notre corps cherchera à revenir à ce poids idéal si nous nous en éloignons par des moyens excessifs ou déraisonnables.

Ne vous contentez pas de vous regarder dans un miroir en pied ou de regarder si vous pouvez porter le même slim ou la même mini jupe que votre meilleure amie avec la même grâce pour en décider. Oubliez votre taille de pantalon (bon sauf si elle est extrême dans un sens ou dans l’autre bien sûr).  Aidez vous de l’indicateur que représente l’IMC officiel et sa grille d’interprétation. C’est un premier repère objectif mais il manque de précision puisque encore une fois, c’est une échelle standard destinée à tout le monde et qui ne prend pas en compte tous les facteurs, en particulier le mode de vie, l’origine ethnique etc… Tout le monde n’a pas la même ossature et surtout tout le monde n’a pas le même rapport masse grasse/masse maigre.

Si vous pouvez utiliser un impédancemètre, ces balances qui vous donnent un petite idée de votre masse grasse, utilisez-le. Attention là encore la technologie a des limites, cet indicateur doit être pris avec des pincettes, ne focalisez pas sur le chiffre obtenu, utilisez-le simplement pour vous donner une idée. De nombreux appareils de cardio-training sont équipés de cette fonction, si vous avez accès à un tel appareil, en salle, chez une amie, faites le test. Il est bien évident que les résultats obtenus vont varier énormément entre une personne qui ne bouge jamais et passe toute sa vie sur une chaise et une personne qui fait beaucoup de sport. Paradoxalement cette dernière pourra peser vraiment beaucoup plus lourd que la première tout en paraissant visuellement beaucoup plus mince et porter des vêtements de plus petite taille. Le pourcentage de graisse normal chez l’homme et chez la femme est aussi différent, ne l’oubliez pas. Focaliser uniquement sur le rapport taille/poids est donc extrêmement réducteur.

Je peux vous donner l’exemple d’une personne qui est passée d’une extrême à l’autre au niveau activité physique : de zéro à une pratique sportive très intensive de plus de 10 h de cours de fitness et musculation par semaine. Résultat en moins d’un an : deux tailles de moins mais 5 kilos de poids en plus ! Alors jetez les standards habituels chiffrés et les normes esthétiques standardisées aux oubliettes. Fixez-vous votre objectif personnalisé. Prenez en compte tous les paramètres que nous avons évoqué et évaluez raisonnablement et objectivement votre excès de poids, s’il est réel.

Face à la pression sociale et esthétique, il arrive que nous ne soyons même plus capables de dire objectivement si notre surpoids est réel ou fantasmé, si les kilos que nous voyons et qui  nous gâchent la vie correspondent à des exigences excessives et démesurées. Parfois cette difficulté à faire encore la différence entre le réel et le fantasme devient si importante qu’il est possible de basculer dans une maladie grave comme l’anorexie mentale. La personne concernée se voit vraiment grosse alors qu’elle est maigre. Cela peut conduire très très loin. Si vous n’êtes pas sûr(e) demandez l’avis de votre médecin, une fois de plus commencez par là. Il vous dira s’il pense qu’une perte de poids s’impose et ne représente pas de danger pour vous, il pourra vous indiquer une limite à ne pas dépasser. Si vous allez chez un hypnothérapeute avec une demande déraisonnable, celui-ci refusera cette demande. Il vous expliquera pourquoi et en parallèle de votre suivi médical il pourra vous aider à travailler sur la perception erronée que vous avez peut-être de votre corps.

7. Parce que l’hypnose va tenir compte de tous les facteurs psychologiques et émotionnels

Que votre excès de poids soit lié directement ou indirectement à la quantité de nourriture que vous ingérez ou à de mauvaises habitudes alimentaires ou à une hygiène de vie peu adaptée, si vous avez déjà essayé à de multiples reprises de le combattre par les moyens classiques et habituels, sport, régimes, privations et que ça n’a jamais marché ou que ça n’a pas duré. Si, les méthodes classiques fonctionnent bien pour vous (vous perdez du poids) mais que ça ne dure jamais car vous finissez toujours par retomber dans vos anciennes habitudes et à reprendre tous les kilos perdus, alors c’est qu’il y a certainement des raisons plus psychologiques qui vous empêchent d’atteindre ou de conserver votre objectif.

Nous ne pouvons pas examiner tous les cas possibles dans le cadre de cet article mais nous savons tous que notre rapport à la nourriture est très souvent émotionnel. Après un événement pénible ou déprimant par exemple, certains vont avoir l’appétit coupé et d’autres, à l’inverse, vont se jeter sur la nourriture pour y trouver une sorte de consolation. La nourriture a un effet calmant et anxiolytique bien connu qui peut être recherché, inconsciemment, par les personnes stressées. Nous savons aussi que la nourriture en général et le sucre en particulier, peuvent conduire à des comportement d’addiction pure, le “craving”. Il arrive aussi de manger par ennui : certaines personnes vont prendre beaucoup de poids du seul fait de changer de mode de vie, suite à une mise en retraite ou un licenciement, la personne reste chez elle, parfois seule et mange un peu machinalement toute la journée.

Et puis il y a les raisons psychologiques plus profondes, plus cachées : manger pour se remplir parce qu’on se sent vide, manger parce qu’on est en manque de quelque chose (d’amour, d’attention…), manger pour se protéger aussi parfois (processus courant chez les victimes de viol ou d’inceste), manger pour fuir ce qui nous fait peur (le sexe opposé, l’amour, les relations, la peur de souffrir dans une relation…), manger pour compter et prendre sa place, manger parce qu’être gros procure des bénéfices secondaires plus ou moins conscients, manger “pour oublier” aussi comme le fait l’alcoolique dans une démarche addictive activée de la même manière au départ.

Soigner son alimentation, faire du sport, c’est bien mais si vous avez psychologiquement besoin de votre excès de poids pour une raison dont vous n’avez pas encore pris conscience, ça ne fonctionnera pas ou très mal. Nous l’avons déjà vu, votre inconscient a une incroyable puissance et des effets très importants sur le corps, il vous veut du bien, il souhaite vous protéger et est prêt à tout pour ça mais parfois, il interprète mal certains éléments de notre vie ou il fait des associations inadaptées (Cliquez ici pour plus de détails à ce sujet).

Si vous grossissez pour des raisons inconscientes enfouies, tous les régimes du monde, tout le sport, ne pourront rien pour vous ! Il faudra rétablir la communication entre votre conscient et votre inconscient, favoriser le dialogue entre les deux afin de retrouver l’harmonie dans la poursuite d’un but commun. Si votre inconscient est à l’origine du problème, il l’a créé au départ pour vous aider ou vous protéger de quelque chose, son intention est toujours bonne. Il faut reconnaître cette bonne intention et si elle ne colle pas ou plus à vos besoins réels, il suffit de réajuster tout ça. Pour parler à votre inconscient il faut passer par la transe hypnotique, soit faire des séances avec un hypnothérapeute, soit si le problème n’est pas trop profond ou compliqué, essayer de le résoudre par l’autohypnose.

Vous n’aurez pas besoin de connaître tous les détails et les circonstances qui ont conduit votre inconscient à mettre en place ce qui aujourd’hui est un problème pour vous, vous pourrez le comprendre et peut-être pas. Parfois mieux vaut ne pas trop chercher à savoir. En hypnose, votre praticien ou vous-même, pourrez expliquer à votre inconscient que les stratégies qu’il a mis en place autrefois pour vous aider, quelles qu’elles soient, ne vous aident pas ou plus (elles ont pu vous être réellement bénéfiques autrefois), vous lui expliquez ce que vous souhaitez aujourd’hui et vous lui demandez de mettre en place de nouvelles stratégies qui utilisent toutes vos ressources et tiennent compte de vos désirs et besoins d’aujourd’hui.

Si vous faites cela, vous ne serez pas dispensé d’avoir une bonne hygiène de vie, bien entendu, mais vous serez peut-être très surpris de voir tout ce qui change à partir de maintenant, soit dans les résultats de votre programme alimentaire et/ ou sportif, il est possible que tout à coup ce qui ne marchait pas hier se mette à donner des résultats, ou bien si vos blocages émotionnels vous conduisaient à des comportements de compulsion, d’hyperphagie ou autre comportement diététique inapproprié, vous allez enfin pouvoir vous libérer de ces mauvaises habitudes.

Si la raison est plus complexe, plus psychologique et plus cachée (liée aux relations avec les autres par exemple), le travail sera en fait le même mais un peu plus complexe à conduire. Votre praticien pourra par exemple choisir de faire négocier entre elles les différentes parties de vous-même qui poursuivent des buts différents.

Exemples de nœuds psychologiques avec mise en place d’une stratégie de maintien de l’excès de poids par l’inconscient pour protéger le sujet :

  • une femme qui ne parvenait pas à maigrir en dépit de privations très importantes. L’entretien préalable révèle que cette femme a eu une mère jalouse qui surveillait de près son poids quand elle était enfant ou adolescente et aimait se rassurer en faisant remarquer à qui voulait l’entendre qu’en dépit de son âge elle était plus mince que sa fille, dès que son enfant perdait un peu de poids, consciemment ou pas, elle la poussait à recommencer à manger et devenait méchante, ce qui conduisait l’adolescente à renoncer à être mince car le prix à payer au quotidien avec l’irascibilité maternelle était trop élevé. Elle craignait d’être maltraitée et de ne plus pouvoir compter sur sa mère si elle la contrariait en étant mince. Adulte, sans s’en rendre compte elle continuait à se comporter comme durant son enfance et adolescence. Quand elle savait que sa mère allait venir lui rendre visite, pour se protéger de son regard jaloux, si elle avait un peu maigri, cette femme allait jusqu’à mettre de la bourre dans un jean large afin que sa perte de poids ne se voit pas. Cela ne suffisait pas toujours et les kilos étaient souvent repris. Par la suite, elle a développé une crainte irrationnelle, justifiée ou pas, liée au regard de toutes les femmes de son entourage sur sa silhouette, la moindre remarque (même bienveillante) sur une éventuelle perte de poids remarquée, était perçue comme une menace pour sa sécurité et elle reprenait le poids perdu. Ici le travail avec l’inconscient a été nécessaire bien sûr mais le sujet a dû aussi faire un travail personnel pour s’affirmer et cesser de redouter le regard des autres et à voir les autres comme une menace potentielle. Cette femme était restée dans un certain sens bloquée au stade de la petite fille qu’elle avait été, encore persuadée, bien que devenue une femme depuis, de son impuissance face au pouvoir d’adultes capables de décider de tout à sa place y compris de son poids. Enfant en effet, il lui était difficile de résister à la volonté de sa mère, grossir calmait sa mère et la protégeait des représailles, alors son esprit avait fini par associer l’excès de poids à la sécurité, puis aussi, par extension face à toutes les femmes susceptibles d’être jalouses. Etant donné l’attention que l’on porte souvent (même sans penser à mal) aux variations de poids de notre entourage, le moindre regard, surtout féminin suscitait en elle de la panique et provoquait une prise de poids assurée !
  • pour une personne qui vit depuis longtemps avec un problème de poids, cet excès de poids entraîne au départ des conséquences ou difficultés réelles qui finissent par se transformer en bénéfices secondaires, l’éternel alibi qu’on peut utiliser pour éviter tout simplement de vivre : “Je ne serais jamais embauché(e) à ce poste parce qu’il faut présenter très bien et que moi je suis gros(se)” ; “Il est inutile que j’essaie de rencontrer quelqu’un et de faire des efforts pour trouver l’amour car avec mon poids, ça ne peut pas arriver à quoi bon ?”Je ne vois pas pourquoi je me priverai de ce burger vu que je suis déjà obèse” “Je ne peux pas aider à entretenir le jardin car je suis handicapé(e) par mon poids et j’ai mal partout” etc. etc.…
  • Il est possible aussi que vous soyez la proie de sentiments de culpabilité profondément enfouis liés à votre conception de la nourriture. Avez-vous connu vous-même des privations involontaires, avez-vous eu des difficultés à faire vos courses alimentaires et à préparer pour vous, votre famille, vos enfants, des repas décents à cause de difficultés matérielles ? Si ce n’est pas vous, vous avez peut-être grandi auprès de grands-parents qui ont connu les privations extrêmes de la guerre et la faim, qui vous ont raconté tout ça et sensibilisé à la valeur de la nourriture, inculqué le respect de celle-ci qui se concrétise par le fait qu’il ne faut pas jeter, il faut finir son assiette… Cette éducation est oubliée par le conscient mais elle est toujours enfouie au fond de nous et il arrive que l’on perpétue ainsi certains traumas hérités de nos ancêtres, qui n’ont plus lieu d’être aujourd’hui et nous font du mal… L’hypnose peut vous aider à retrouver ces croyances cachées au fond de votre inconscient et à vous libérer de leurs effets.
  • Il existe des milliers d’exemples…

Il est évident que de tels cas ne pourront pas être réglés juste en essayant d’intervenir sur l’hygiène de vie.

En conclusion, si cela fait déjà longtemps que vous essayez de maigrir en vain, l’hypnose pourra certainement vous accompagner et vous aider à atteindre vos objectifs.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Véronique CHEYRIAS
Praticienne Hypnose Ericksonienne et Programmation Neuro Linguistique

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement votre livre d'auto hypnose

x